Saint-Vincent et les Grenadines : l’annonce du rapatriement des réfugiés inquiète les scientifiques

océan atlantique
St. Vincent Grenadines volcan
A Saint Vincent et les Grenadines, le volcan la Soufrière continue à émettre des gaz toxiques. ©caroline popovic

Le gouvernement de Saint-Vincent et les Grenadines demande aux réfugiés hébergés dans les abris d’urgence de rentrer chez eux. Selon les autorités, l’activité volcanique à la Soufrière s’est calmée, des communes peuvent être rouvertes. Les scientifiques appellent à la prudence.

À Saint-Vincent et les Grenadines, les scientifiques qui surveillent le volcan la Soufrière ne peuvent pas affirmer que les éruptions qui ont démarré le 9 avril 2021, soient définitivement terminées.

Plusieurs instruments de mesure installés sur le volcan ont été détruits par les éruptions. Les scientifiques ne reçoivent pas suffisamment de données pour dresser un bilan précis de la situation à la Soufrière.

Les outils encore fonctionnels captent les petits séismes et des émissions des gaz. Des efforts pour en redéployer d'autres sur les flancs et au sommet du volcan, seront programmés dans les prochaines semaines.

Il faut que ces instruments soient installés et opérationnels et que l’on reçoive à nouveau toutes les données à l’observatoire. Sans ça on ne peut pas se pencher sur la question d’un retour des habitants dans les communes du nord de l'île, surtout dans la zone rouge.

Adam Stinton, volcanologue à l’observatoire de Saint. Vincent et les Grenadines.

Le gouvernement incite les réfugiés à rentrer chez eux

 

L’avis des scientifiques intervient au moment où les autorités essaient de convaincre les réfugies qui habitent dans la zone orange de retourner chez eux. 

Après près de 2 mois, passés dans les abris-urgence, le Premier ministre, Ralph Gonsalves demande aux habitants de retrouver leurs domiciles au plus tard le 1er juin 2021.

Le gouvernement a voté un budget supplémentaire de 36 millions d’euros pour financer le nettoyage des routes et des lieux publics. Six mille personnes ont obtenu des contrats à court terme pour aider lors de ces opérations.

Quatorze mille personnes vont recevoir des subventions et des aides alimentaires. Parmi elles des agriculteurs qui bénéficieront d’une enveloppe de150 euros par mois pendant une période indéterminée.

L'eau et l'électricité ont également été reconnectés dans la zone orange.

 

St. Vincent Grenadines Petit Bordel
La commune de Petit Bordel sous les cendres volcaniques. ©caroline popovic

 

"Les conditions ne sont pas réunies" selon des habitants

 

Certains réfugiés ont condamné la précipitation des autorités. Les écoles, les hôpitaux, les routes et les terrains de sports sont encore couverts de couches épaisses de cendres volcaniques. Quand le vent se lève, les cendres salissent des maisons déjà nettoyées. Il faut tout recommencer...

 

St. Vincent et les Grenadines hôpital Chateaubelair
L'hôpital de Chateaubelair couvert de cendres volcaniques. ©caroline popovic

 

Les personnes âgées et d’autres atteintes de problèmes respiratoires attendent que les lieux publics soient propres.

À cause de la quantité exceptionnelle de cendre, le nettoyage risque de durer encore quelques semaines, surtout dans les communes de Petit Bordel et de Troumaca dans le Nord Caraïbe et à Georgetown et Rabacca sur la côte atlantique. C'est vers ces communes que le Premier ministre souhaite organiser les premiers rapatriements.