Affaire Kéziah : l'enquête conclue à une "interpellation légitime" et des délits commis par deux gendarmes

faits divers
Renaud Gaudeul
Le procureur de la République au cours d'un point de presse (mardi 20 octobre 2020). ©Martinique la 1ère
"L'interpellation de Kéziah Nuissier était légitime, deux gendarmes ont commis des délits". Renaud Gaudeul, le procureur de la République a fait le point (20 octobre 2020), sur les conclusions de l'enquête quant aux violences commises aux abords du commissariat de Fort-de-France (16 juillet 2020).
L’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale (IGGN) et l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) saisies par le procureur de la République ont rendu leurs conclusions sur les faits survenus aux abords du commissariat de police de Fort-de-France, le 16 juillet 2020 et ayant abouti à l’interpellation de Kéziah Nuissier.

Ce jeune militant, poursuivi pour violences à l’encontre des forces de l’ordre, avait porté plainte à son tour, considérant avoir été molesté par les gendarmes.Les conclusions de l’enquête confirment que " l’interpellation du militant est légitime". Cependant, deux gendarmes sont mis en cause. L'un pour avoir marché sur la jambe du jeune homme au moment de son interpellation et l’autre, pour lui avoir asséné un coup de pied.
Le procureur Renaud Gaudeul fait le point sur les conclusions des rapports quant aux événements du 16 juillet 2020 à Fort-de-France.
Les deux gendarmes impliqués dans les rapports, comparaîtront devant tribunal militaire de Cayenne. Ils sont poursuivis pour ces violences. Quant à Kézia Nuissier il sera devant la justice le 9 novembre prochain.