Aides européennes : l'inquiétude du monde agricole en outre-mer

agriculture
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles ©François WALSCHAERTS / AFP

Les négociations finales ont débuté à Bruxelles pour les aides européennes destinées à l’agriculture des Outre-mer. Les chambres consulaires et les organisations professionnelles expriment leurs vives inquiétudes à propos des discussions finales au sujet de la PAC (politique agricole commune).

Le monde de l'agriculture est très attentif aux discussions qui se tiennent à Bruxelles en ce moment. Dans un courrier adressé au président de la République, les chambres consulaires et organisations professionnelles expriment leurs vives inquiétudes à propos de la PAC (politique agricole commune), dans lesquelles les régions ultrapériphériques (RUP) françaises semblent avoir été oubliées par les autorités françaises. 

Le  "Programme d’option spécifique à l’éloignement et à l’insularité " (POSEI) est la déclinaison du premier pilier de la Pac pour les neuf régions ultrapériphériques européennes, dont six sont françaises : la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, La Réunion, Mayotte et Saint-Martin. Les trois autres sont les Açores et Madère (Portugal) et les îles Canaries (Espagne).

Fruits
fortes consommations de fruits en Martinique ©MARTINIQUE 1ERE

Les décisions sont importantes pour renforcer la résilience des exploitations agricoles dans les DOM, la souveraineté alimentaire dans les territoires sans oublier les défis à relever face à la crise de la Covid.

(Re)voir le reportage d'Irène Emonidès et de William Zébina

Agriculture outremer

 

Les régions ultrapériphériques dans les propositions de la Commission pour les programmes 2021-2027 de l'UE

La proposition de réforme de la politique agricole commune maintient le régime POSEI - un programme spécial dédié aux régions ultrapériphériques avec un soutien financier de 627 millions d'euros par an.

La Commission a proposé de plus un financement du budget européen pour le développement rural, afin de soutenir la biodiversité dans l’agriculture et la sylviculture et encourager le développement économique des zones rurales. La proposition de la Commission offre le taux le plus avantageux de cofinancement européen aux régions ultrapériphériques (70 %).

La Commission a en outre proposé que le programme d'action pour l'environnement et le climat LIFE accorde une attention particulière aux régions ultrapériphériques dans ses appels à propositions. Le programme soutiendra des petits projets de protection de la biodiversité et des écosystèmes dans ces régions.