publicité

Un ancien ministre de la santé souhaite la dépénalisation de la marijuana à Trinidad-et-Tobago

De plus en plus de voix s’élèvent à Trinidad-et-Tobago en faveur d’une dépénalisation de la marijuana. Dernière en date, celle du Docteur Fuad Khan, un ancien ministre trinidadien de la Santé. Il souhaite que la loi évolue pour permettre une exploitation médicale de la plante.

Permettre une exploitation médicale de la plante © DR
© DR Permettre une exploitation médicale de la plante
  • Martinique La 1ère
  • Publié le
"Trinidad-et-Tobago doivent rallier la marche vers la décriminalisation, pour se mettre au niveau de pays comme le Costa Rica, la Jamaïque, le Mexique et certains états des États-Unis, entre autres qui l'ont déjà fait".
 Profitant de la Journée internationale du cannabis, le 20 avril dernier, l'ancien ministre de la santé a souligné les nombreux avantages qu'une telle mesure aurait pour l'économie.



"Pas une priorité", selon Keith Rowley




Le problème, c'est que jusqu’à maintenant, ses nombreux appels n’ont pas été entendus par le gouvernement.
 Le Docteur Fuad Khan dit en effet s’être donné beaucoup de mal pour montrer les avantages de la dépénalisation, mais le gouvernement de Keith Rowley a constamment ignoré tous les appels en faveur d’une modification de la loi en vigueur actuellement à Trinidad-et-Tobago.


Interrogé sur la question peu après son élection en 2015, le Premier ministre avait déclaré que même si la question était "à la mode", ce n'était pas une priorité pour son gouvernement.
 Pour l’ancien ministre de la santé, avec cette position, ceux qui gouvernent le pays aujourd’hui donnent la preuve de leur "incapacité persistante" à aborder des questions d'importance nationale. "C’est devenu un sérieux inconvénient lorsqu'il s'agit de faire évoluer la société trinidadienne sur la base de la science, du pragmatisme et du bon sens", ajoute-t-il.

Les obstacles de la loi




Trinidad-et-Tobago présenteraient, selon lui, certains des taux les plus élevés de cancer, d'hypertension et de diabète dans la Caraïbe. "Si les licences de marijuana étaient accordées, le pays bénéficierait assez vite des avantages médicaux de la plante", affirme-t-il.
 "Les patients atteints d'épilepsie, de diabète, de cancer, de sclérose en plaques, de syndrome du côlon irritable et de bien d'autres maladies, pourront avoir accès à de la marijuana légale, sans avoir à supporter les obstacles de la loi actuelle".

Pour Fuad Khan, les dirigeants trinidadiens doivent rapidement permettre aux personnes qui utilisent la marijuana comme médicament de le faire sans être poursuivies ni sanctionnées par la justice.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play