martinique
info locale

D'anciens parlementaires martiniquais prennent conscience de l'urgence climatique

agissons pour notre climat
Bahamas après Dorian
L'état d'une partie des Bahamas après le passage dévastateur de l'ouragan Dorian. ©Brendan Smialowski / AFP
Dans une récente tribune, le groupe de réflexion d'anciens parlementaires martiniquais, apporte sa contribution au débat. "Il convient plus que jamais de soutenir et de développer la prise de conscience face à la réalité des faits et à l'aggravation des risques climatiques".
Le groupe de réflexion d'Anciens Parlementaires (Alfred Almont, Roger Lise, Guy Lordinot, Pierre Petit et Anicet Turinay), partage le constat des scientifiques et des dirigeants politiques les plus avertis. "L'épuisement des sols et la surexploitation des ressources naturelles menacent notre sécurité alimentaire, détruisent notre biodiversité et amplifient les émissions de gaz à effet de serre aggravant de ce fait le réchauffement planétaire".  La conséquence du réchauffement planétaire est immédiate. Cette année 2019 enregistre des records de chaleur. "Elle devrait être l'une des années les plus chaudes jamais mesurées, conséquence de l'accroissement des chaleurs qui résulteraient en grande partie des activités humaines et seraient de nature à multiplier les tempêtes, cyclones et ouragans", constatent les anciens parlementaires.

Notre région Caraïbe est particulièrement exposée à cause d'intempéries de plus en plus violentes et imprévisibles, de l'élévation du niveau de la mer et de l'isolement géographique des îles. "Ces territoires sont directement concernés par l'érosion côtière qui s'aggrave dans le monde et qui résulte à n'en point douter des ouragans, des tempêtes mais aussi de la houle", poursuivent-ils.

Les seniors qui n'ont pas hésité cette année à faire en sorte que la semaine bleue soit marquée par le respect et la protection de l'environnement.


L'ouragan Dorian qui a touché la Martinique (au stade de tempête), mais a détruit une partie des Bahamas, (au stade d'ouragan majeur), illustre le danger. Le Secrétaire Général de l'ONU Antonio Guterres, qui s'est rendu aux Bahamas, n'a pas manqué d'appeler les populations concernées à changer de comportement et à respecter la nature.

"Le changement climatique sensibilise aujourd'hui bon nombre de nos concitoyens de plus en plus attentifs à la hausse des températures due à l'accélération du réchauffement mais aussi au nombre et aux violences des catastrophes naturelles.

Des initiatives se développent tant chez les jeunes de plus en plus mobilisés sur le climat, que chez les seniors qui n'ont pas hésité cette année à faire en sorte que la Semaine bleue soit marquée par le respect et la protection de l'environnement"
, concluent les anciens parlementaires martiniquais. ►

Le réchauffement climatique : l'urgence d'une prise de conscience collective

Publicité