Anses D'Arlet : la mairie interdit la baignade à l'anse noire à cause d'une nappe visqueuse à la surface de l'eau

pollution
Anse Noire
La plage de l'Anse Noire ©Xavier Chevalier

Une nappe visqueuse a recouvert la surface de l'eau à l'Anse Noire aux Anses d'Arlet. Des prélèvement ont été réalisés afin de découvrir l'origine de ce phénomène. En attendant les résultats, la mairie a pris un arrêté interdisant la baignade.

Un étrange phénomène pollue la plage de l’Anse Noire sur la commune des Anses d’Arlet. L’eau a changé de couleur, recouverte par une sorte de nappe durant le week-end du 20 février 2021.

Conséquences, la mairie a pris un arrêté interdisant jusqu’à nouvel ordre la baignade. Des prélèvements ont été réalisés lundi 22 février.

Anse Noire
Un arrêté a été pris par la municipalité interdisant la baignade à l'Anse Noire ©Xavier Chevalier

Certains de ces échantillons ont été confiés à l’Agence Régionale de Santé de Martinique, alors que d’autres ont été envoyés par la municipalité à un laboratoire privé comme le prévoit la législation.

Le pollen à l'origine de cette nappe ? 

 

Les résultats devraient être connus début mars 2021. La mairie ne se risque à aucune hypothèse concernant l'origine de l'incident.

Un riverain, qui a contacté la mairie, affirme que ce phénomène est naturel et récurrent. Il poursuit en précisant que cette nappe visqueuse est la conséquence des pollens qui tombent dans l’eau. D’après lui, chaque année cela se produit. Il regrette l’interdiction de baignade prise par la municipalité, d’autant "qu’il n’y a plus rien, cela a duré à peine un jour".

Anse Noire
L'eau de l'Anse Noire, jeudi 25 février 2021. ©Xavier Chevalier

Malgré l’arrêté, quelques pêcheurs se rendent sur place, justement pour profiter du calme car d'habitude de nombreuses personnes se rendent sur cette plage.

Depuis les prélèvements, l’eau semble avoir retrouvé sa couleur habituelle.

 

Anse Noire
La vue de l'Anse Noire au bout du ponton. ©Xavier Chevalier
Anse Noire
L'Anse Noire vue du ponton vers la plage. ©Xavier Chevalier