L'association "Carrefour Barel Coppet" honore les grands saxophonistes martiniquais

musique
Saxophoniste
Paul Julvécourt, né à Redoute en 1927 ©Martinique la1ere
Le centre international de séjour à Fort-de-France, se transforme en carrefour générationnel les saxophonistes Paul Julvécourt et Victor Thermé et deux étoiles montantes Gustave Francisque et Marius Modeste. Une initiative de l’association "Carrefour  Barel Coppet".
L’idée est séduisante et la réalisation prodigieuse; mettre sur un même plateau deux icônes d’antan Paul Julvécourt et Victor Thermé et deux jeunes en pleine réussite Gustave Francisque et  Marius Modeste. Paul et Victor ont marqué non seulement notre région, mais aussi les lieux dans lesquels ils se sont fait remarquer par leur talent, leur jeu, leur rigueur, leur humilité et leur immense professionnalisme.

Paul Julvécourt, né à Redoute en 1927 a été attiré très jeune par les instruments à vent. Il fait l’acquisition de son premier saxophone à 16 ans, en 1943. Il travaille  l’instrument  minutieusement et assidûment, à tel point que sa pugnacité sera payante.

La suite est prodigieuse "Harmony king" du maestro Sommier, "Blue Stars" de jean Guannel, "Stardust" de Fernand Donatien. Son sens  artistique est réclamée de partout et par les plus grands, Honoré Coppet, Barel Coppet, Maurice Longrais, Laurent Larode, l’orchestre Tropicana de Michel Desgrottes. Et au fil des années, il est devenu une référence.

C’est aussi le cas de Victor Thermé, né aux Anses-d’Arlet, "descendu" à Fort de France, quartier Rive Droite dès l’âge de 5 ans. Il tombe dans la musique comme dans une potion magique. Son père était accordéoniste, son oncle jouait au pipeau et il en jouait avec lui. En voyant sa technicité, l’oncle le lui offre. Plus tard, au service militaire, il fait la découverte du saxo grâce à Hilaire Dégras. Une aventure vieille de plus de 60 ans.

Son éducation basée sur un certain nombre de valeurs, lui a facilité la transposition dans le monde musical : rigueur, assiduité, respect de l’autorité et professionnalisme. Victor est sollicité de toute part, par de nombreux artistes, les ballets de feu Loulou Boislaville, Harmony Kings avec le maestro pianiste Sommier qui se faisait accompagner par 4 saxophones. 

Comme une transmission...aux plus jeunes


Ces transmetteurs du savoir-faire seront en compagnie de deux jeunes qui séduisent les foules dans leurs diversités et dans leurs jeux. Gustave Francisque revalorise notre patrimoine. Cet artiste de talent, né d’un père musicien est un défenseur patenté de notre patrimoine. Prix Sacem 2004, il dispense des cours transmettant  aussi son savoir à des jeunes. Leader du groupe "Sapotille Kréol", Francisque est l’image de la virtuosité et des sons mélodieux qui coulent avec délectation.

C’est aussi le cas de la deuxième étoile montante, Marius Modeste, un génie qui épouse "le sax" avec une grande dextérité. Il accompagne de nombreux artistes produisant des sonorités de toute beauté.

Ce jeudi soir (19 avril 2018), la fête patrimoniale promet d’être belle au centre international de séjour à l’Etang Z’Abricot.