Avant la Martinique, la croisière revient dans la Caraïbe sous contrôles stricts

océan atlantique
Paquebot de croisière
Paquebot de croisière dans la Caraïbe. ©Huems04 de Pixabay
Après plusieurs mois d’absence à cause de la crise sanitaire, les premiers paquebots font escale dans la Caraïbe. Les visites sont strictement encadrées ce qui déplaît aux petits commerçants qui ont été boudés par les touristes. La Martinique attend son premier paquebot d'ici à la mi-octobre 2021.

La plupart des pays de la Caraïbe qui accueillent les bateaux de croisière sont désignés niveau 4 (voyages fortement déconseillés) par le CDC (Centre de Control et de Prévention des Maladies des États-Unis).

La Martinique, la Dominique, Sainte Lucie, la Jamaïque, Saint-Kitts et Nevis et Sint Maarten sont au nombre de ces pays. Le taux de Covid-10 est trop élevé.

Le virus Covid-19 se propage facilement entre les personnes qui vivent à proximité sur les navires et la possibilité d’attraper le virus sur un paquebot est élevée.

Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies des États-Unis

 

Nouvelles mesures de sécurité à bord

 

Afin de maintenir les itinéraires, les compagnies comme Carnaval, Royal Caribbean, Norwegian et Virgin Voyages n’acceptent que les croisiéristes vaccinés. Le personnel naviguant doit également être immunisé.

Pour assurer les consignes de distanciation sociale, ces compagnies de croisière ne dépassent pas un taux de remplissage de 75%.

"Nous avons faim, on a besoin des clients..."

 

Les pays de la Caraïbe ont imposé leurs propres règles sanitaires aux croisiéristes. Aux Bahamas les passagers et les membres de l’équipage qui souhaitent descendre du paquebot, doivent obligatoirement être vaccinés contre la Covid-19.

L'île de Saint-Kitts et Nevis, qui vient d’achever la construction d’un nouveau quai pour accueillir les paquebots, a reçu sa première escale le 14 septembre 2021. Les visites ont été strictement encadrées. Plus question de se promener librement dans les villes.

Ces mesures ont créé beaucoup de tension dans la ville d’Ocho Rios située au nord de la Jamaïque. Les autorités ont ouvert des attractions touristiques pour les croisiéristes or les habitants sont confinés pour mieux contrôler la propagation de la pandémie.

Seuls des sites validés sont ouverts aux visiteurs qui doivent être transportés uniquement par des chauffeurs approuvés.

Les marchés d'artisanat ont été placés hors circuit.

Nous avons faim. On a besoin des clients. Si on ne peut pas travailler, à quoi ça sert d’accueillir les bateaux de croisière ici ?

Vendeur au marché artisanal d’Ocho Rios

Les autorités locales expliquent que ce sont les compagnies de croisière qui imposent les itinéraires aux clients.

Les organisations riches profitent plus que le peuple jamaïcain qui travaille dans l’artisanat depuis des années.

Mossana Martin, président de l’Association du Marché Artisanat d’Ocho Rios

 

Le même scénario s’est produit à Sainte Lucie. Peter "Ras Ipa Isaac", président de l’Association des Vendeurs d’Artisanat a déclaré à la presse que les croisiéristes ont évité les marchés locaux.

Vendeurs d'artisanat à la Jamaïque
À Ocho Rios, les croisiéristes ont boudé les vendeurs d'artisanat. ©portauthorityofjamaica

 

La Martinique bientôt ouverte à la croisière

 

Les premières escales des paquebots à la Martinique sont attendues vers le 15 octobre 2021. D’ici à la fin de l'année, 32 escales sont prévues à Fort de France. Selon les sites spécialisés dans la croisière, l’escale de Fort-de-France est déjà vendue à partir du 15 octobre 2021. Cependant, le Comité Martiniquais du Tourisme n'est pas aussi affirmatif. 

Il s’agit uniquement de prévisions d’escales. Les demandes de place à quai se font plusieurs mois voire plusieurs années en avance. À titre d’exemple, la saison dernière nous avions un prévisionnel de 200 escales et bien sûr aucun paquebot n’a fait escale en Martinique pendant la pandémie. 

 

À l’heure actuelle, la date et les modalités de reprise de la croisière ne sont pas décidées. 

 

S’il est vrai que les compagnies souhaitent positionner certains de leurs navires à partir de la fin de l’année, la décision dépendra des services de l’État en Martinique uniquement. 

Guillaume Hamel, Directeur du Développement des Filières Touristiques au Comité Martiniquais du Tourisme

Martinique paquebot
Bateau de croisière accosté à la Pointe Simon à Fort de France. ©carolinepopovic

Peu importe le niveau de contamination dans la Caraïbe, les compagnies de croisière et les pays qui les accueillent ont décidé de reprendre les activités, anéanties par la crise sanitaire. 

Tous espèrent que les nouvelles consignes sanitaires vont fonctionner ce qui permettra peut-être de retrouver le taux de fréquentation enregistré avant la Covid-19.