Avocats et juristes de Martinique fêtent Saint-Yves, leur saint patron

vie locale
Avocats au palais de justice
Les avocats au tribunal judiciaire de Fort-de-France. ©Patrice Chateau Degat
Pour la première fois, le conseil de l'ordre des avocats de la Martinique célèbre jeudi 19 mai 2022, la Saint-Yves, saint patron des juristes et hommes de loi. Une procession est prévue du tribunal actuel, vers l'espace Camille Darsières (ancien tribunal) à Fort-de-France.

Si dans plusieurs pays, les avocats se réunissent pour fêter leur saint patron, Saint Yves Hélory de Kermartin, c’est bien la première fois que le conseil de l’ordre de la Martinique met en évidence ce défenseur de la veuve et de l’orphelin.

Plusieurs personnalités, dont d'anciens avocats, sont invités à cette manifestation  commémorative jeudi 19 mai 2022, par le bâtonnier Georges Emmanuel Germany et son conseil. Cette célébration est placée sous la présidence d'honneur de l’ancien Bâtonnier Charles-Henri Michaux.

Une procession à Fort-de-France

La manifestation commencera par un rassemblement en robe au tribunal Judiciaire (palais de justice actuel) avec un mot de Madame le vice-bâtonnier Sandrine Saint Aimée. S’en suivra une procession contournant le palais sur la gauche, la rue Victor Sévère, la rue Schoelcher jusqu’à la cour d’appel à Fort-de-France.

Georges Emmanuel Germany
Le Bâtonnier Georges Emmanuel Germany ©Daniel Bétis

C’est la première fois qu’une telle manifestation est organisée. Je forme le vœu qu’elle se pérennise. Cette année nous avons fait le choix d’une procession du nouveau palais à l’ancien en passant devant la cour d’appel comme pour remonter le temps.

Le Bâtonnier Georges-Emmanuel Germany

Au centre culturel Camille Darsières ancien tribunal, les avocats seront accueillis par le maire de Fort-France. 

Des figures du barreau honorées   

justice
De gauche à droite : Thérèse Yoyo Likao, Marie Alice Jaccoulet, Andrée Pierre Rose Bocaly ©Martinique 1ère

L’idée est novatrice et porteuse d’espoir. 7 jeunes avocats ayant moins d’un an de barreau (Annabelle Valay, Clara Hunel, Sandra Sylvestre Jean Francois, Chloé Nazareth, Diana Rouen, Margot Reynal de Saint-Michel, Mathilde Chomel) vont exposer sur 7 ténors qui ont marqué l'histoire des avocats de Martinique.  

Andrée Pierre-Rose Bocaly, première femme à exercer au barreau de Fort-de-France. Thérèse Yoyo Likao, première avocate élue bâtonnier en 1978, et le bâtonnier Marie Alice Jaccoulet, figure emblématique de la justice qui, a assuré le passage de l'ancien palais au nouveau.

Avocats martiniquais de renom
De gauche à droite en haut Camille Darsières, Hervé Florent, en bas Marcel Manville, Joseph Lagrosillière. ©Martinique la 1ère

En ce qui concerne les hommes, 4 sont à l'honneur :

Joseph Lagrosillière, inscrit concomitamment aux barreaux de Paris et de Tunis. Il deviendra avocat et bâtonnier à Fort-de-France.

Camille Apolline Darsières revenu au pays natal après l’obtention d'un doctorat en droit à Toulouse, ancien bâtonnier, grand avocat de procès politiques. Il a marqué les esprits.

Marcel Manville natif de Trinité, docteur en droit, a prêté serment en 1947. Défenseur des causes politiques, il s'est toujours battu pour la reconnaissance du caractère criminel de l'esclavage.

Hervé Florent  avocat méthodique et discret, une autre figure du paysage judiciaire, à l'origine de nombreux acquittements aux assises.

Nous avons décidé de mettre en lumière de grandes histoires. Des hommes ou des femmes sont connus en qualité d’avocats ou pour leur engagement dans la cité. Ces focus nous permettent d’évoquer la place de l’avocat et du droit dans la cité et l’importance de la justice pour les hommes et les femmes de serment.

Le bâtonnier Georges Emmanuel Germany

Les magistrats Olivier Tell premier président et Karinne Gonnet du tribunal Judiciaire, mettront à l'honneur deux collègues disparus, Laurent Léon Valère et Étienne Zidée. 

Saint-Yves, patron des avocats  et des hommes de loi

Fils d'un  pauvre chevalier breton, Yves Hélory de Kermatin est né en 1253 dans les Côtes d’Armor. Orphelin trèsjeune, il est élevé par sa mère.  Après de brillantes études de lettres, de théologie et de droit  à l'Université de Paris, il rejoint la prestigieuse faculté de droit d'Orléans.

Magistrat, ecclésiastique et avocat, licencié en Droit Canonique et en Droit Civil, il exerce avec brio dans des tribunaux seigneuriaux. 

En tant que Juge, il assure ses fonctions dans un esprit de conciliation et de justice. 

Avocat, il se fait le défenseur des plaideurs démunis malgré  les attaques acerbes de ses confrères. 

Mort en 1303, il est canonisé le 19 mai 1347 par le pape Clément VI. Il est le saint patron de toutes les professions de justice et de droit.