publicité

Les avocats de la famille de la Dominique tentent la voie judiciaire

Le doute plane encore sur la situation de la famille Durand originaire de la Dominique qui a jusqu'à mardi pour quitter l'île. Avec l'aide de leurs avocats, ils cherchent désormais à officialiser leurs origines martiniquaises afin de rester au Prêcheur avec leurs parents et grands-parents.

La famille avait préparé ses bagages afin de partir vendredi 17 août après menace des autorités. © Sangha Fagour
© Sangha Fagour La famille avait préparé ses bagages afin de partir vendredi 17 août après menace des autorités.
  • Maurice Violton 
  • Publié le
La famille Durand du Prêcheur attend toujours la clémence des autorités françaises. Hébergée en Martinique après le passage de l'ouragan Maria sur la Dominique l’année dernière, elle est sous le coup d’une reconduction aux frontières. Ses membres ont largement dépassé le temps réglementaire de séjour pour des ressortissants en provenance de Roseau. 
 

Deux recours auprès de la justice


L'affaire s’est déplacée très clairement sur le plan de la justice, avec désormais un deuxième recours déposé, cette fois-ci, par maître Dominique Monotuka auprès du tribunal administratif. L’avocat, saisi par la famille franco-dominicaise, vendredi dernier (17 août) a aussitôt saisi la justice, au vu des éléments en sa possession.

Selon lui, il ne fait aucun doute que les Durand sont des Martiniquais, et qui plus est, leurs enfants sont parfaitement intégrés dans la société, en étant, par exemple scolarisés.

Maître Dominique Monotuka

Avocat
Cette démarche est suspensive et elle s’ajoute à une autre procédure intentée, en fin de semaine dernière, par l’Assoka, l’association des défenses des droits des Caribéens résidents en Martinique, par le biais de maître Camille Celenice.
Saisi lui aussi, très tardivement dans ce dossier, il a formulé une demande de carte de séjour "vie privée et familiale", en s’appuyant sur l’argumentation du lien de sang pour les Durand puisque leur père est martiniquais.

Autant de démarches, indépendantes l’une de l’autre, qui devraient cependant permettre au Durand, un couple de parents et leurs sept enfants de rester un peu plus longtemps ici, en Martinique. Une famille qui reçoit de plus en plus de soutien de la part d’associations ou d’organisations politiques et syndicales.En face, la Préfecture rappelle inlassablement l’existence d’une législation pour le séjour des étrangers sur le sol français. Et qu’il n’est pas question de faire d’exception pour les Durand.

Sur le même thème

  • famille

    L'"Apapam" plaide pour une autre image du père martiniquais

    Ce dimanche 16 juin, les papas sont à l'honneur. Après la fête des mères, c'est au tour des papas du monde entier de célébrer leur paternité. Les papas de Martinique ont maintenant leur association. L'Apapam entend défendre les droits des pères et favoriser l'épanouissement des enfants.

  • famille

    La notion "parent 1" et "parent 2" surprend en Martinique

    Un amendement voté le mardi 12 février 2019 prévoit de remplacer les mentions du "père" et de la "mère" sur les formulaires scolaires par "parent 1" et "parent 2". Finalement, face à des réactions hostiles de l’opposition, mais aussi dans ses rangs le gouvernement a fait machine arrière.

  • famille

    Natalité et fécondité en forte baisse en Martinique

    L'INSEE a présenté ce mardi 15 janvier 2019 à Fort-de-France, un focus sur la natalité et la fécondité en Martinique. Le nombre de naissance est en recul, la mortalité est en hausse. Le nombre de Martiniquais en âge d'avoir des enfants se réduit dans la classe d'âge la plus féconde des 25-34 ans.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play