Blocage des bus : "si on a un calendrier de réparations, nous reprenons le service", affirment les chauffeurs 

social
Réunion
Direction et salariés de la CFTU à la table des négociations (mercredi 21 novembre 2018) ©Martinique la 1ère
C'est la promesse faite par le représentant du CHSCT et du syndicat de la CFTU ce mercredi 21 novembre 2018 à l'issue de la réunion qui s'est tenue avec la direction. Les salariés attendent des engagements concrets de la direction concernant leurs conditions de travail.
C'est à l'issue d'une réunion qui a débuté à 10 heures ce mercredi matin (21 novembre 2018) dans un bureau de la CFTU (Compagnie Foyalaise de Transports Urbains), rue Garnier Pages à Fort-de-France, que syndicat et direction semblent avoir trouvé une porte de sortie à ce conflit qui dure depuis 12 jours (le samedi 10 novembre 2018).
 

Les chauffeurs attendent toujours des garanties


En effet, "la direction s'est engagée à apporter cet après-midi ou demain au plus tard, des garanties pour prouver qu'elle fera les réparations concernant les voyants ou encore l'étanchéité des véhicules. Si on a un calendrier de réparations, nous reprenons le service", assure Daniel Mussy Larmaillard, membre du CHSCT et du syndicat SUD- CFTU. 

La direction veut la reprise du service "au plus vite et au mieux"

Une nouvelle rencontre qui pourrait être déterminante, est prévue ce mercredi après-midi entre le syndicat, la direction et les chefs de service de la CFTU afin d'obtenir ces documents. "C'est pour voir comment ils mettent en place un système d'étanchéité, voir les fournisseurs et comment ils peuvent organiser ces réparations", précise Daniel Mussy Larmaillard.
Arrêt de bus TCSP
Arrêt de bus TCSP à Fort-de-France ©Martinique La 1ère
Côté direction, Alain Alfred, le président directeur général de la CFTU affirme que l'objectif est de reprendre le service "au plus vite et au mieux" (...)Nous allons nous attacher à répondre à tout cela pour faire en sorte que les choses reprennent. Au-delà de l'engagement que nous avons pris, on nous demande de prouver dans le détail ce qui sera fait, les devis qui ont été engagés, les demandes faites. Donc nous allons nous attacher à collecter ces éléments auprès des différentes directions, de sorte que nous puissions apporter les preuves qui nous ont demandées. Si on souhaite que nous fassions des choses supplémentaires, nous y sommes prêts", assure-t-il.
 

Rappel

Le rapport de l’inspection du travail a remis lundi matin (19 novembre) levait le droit d’alerte.Si ces garanties sont suffisantes, il se pourrait le conflit trouve enfin son épilogue...
Les Outre-mer en continu
Accéder au live