Boris Vian, auteur de chansons avec Gérard La Viny et Henri Salvador, aurait eu 100 ans

musique
Vian
A gauche Boris Vian, au centre Henri Salvador et à droite Gérard La viny ©Martinique la 1ère /discogs.com/
Boris Vian aurait eu 100 ans hier (mardi 10 mars 2020). Ce génie hyperactif a tiré sa révérence à 39 ans, victime d’une crise cardiaque. Avec les Antillais, Gérard La Viny et Henri Salvador, il a composé de nombreux succès comme "Bon dié bon", "sans chemises, sans pantalons"...
Commémorations et hommages ont été rendu toute la journée du mardi 10 mars 2020 à Boris Vian. Romancier, journaliste, traducteur, parolier, ce passionné de jazz  fut un homme aux nombreux talents. Il était chargé du catalogue "Jazz" et de la collection de disques "Jazz pour tous" chez Philipps. Ce génie a tiré sa révérence à 39 ans, victime d’une crise cardiaque.

L’auteur compositeur chanteur multi-instrumentiste, Gérard La Viny, "l'ambassadeur de la biguine" et Henry Salvador ont travaillé avec Boris Vian.
 

Une complicité immédiate


Boris Vian a été séduit par un jeune guadeloupéen de "Sciences po" originaire de Basse-Terre, Gérard La Viny. L'artiste conquiert les spectateurs du cabaret mythique de la "Canne à sucre" au quartier Montparnasse à Paris.

Le succès est irrémédiable avec "Sans chemises, sans pantalons". Dans ce creuset culturel parisien, Gérard Laviny qui manie avec aisance les langues, lance outre la biguine, la salsa, le calypso, le merengué, le limbo, le mambo et même la samba brésilienne.
Avec Boris Vian son mentor, Gérard La Viny sortira en français les chansons du film."Tristesse Adieu Tristesse".
 

Une amitié avec Henri Salvador


Entre Boris Vian et Henri Salvador c'est une amitié indéfectible qui débouche sur des compositions  humoristiques, d’amours,de calypso. Parmi elles, "Faut rigoler", "Place Blanche", "Blouse du dentiste","C'est le be-bop (Boris Vian). Auteur et compositeur ont une telle symbiose qu'ils parodient sous des pseudonymes Henry Cording et Vernon Sinclair.

 Une chose est certain Boris Vian a joué un rôle important pour la représentation de chansons antillaises dans les grandes écuries."Bondie bon" écrit avec Gérard La Viny demeure un autre exemple.