martinique
info locale

Les bus du TCSP reprennent leur marche à blanc entre Fort-de-France et Lamentin

transports
TCSP
Un des 14 BHNS sur le circuit du TCSP ©Martinique 1ère
À l'issue d'un conseil d'administration de Martinique Transports, ce jeudi après-midi (21 juin 2018), la décision a  été prise d'autoriser les chauffeurs des bus du TCSP à reprendre des essais à vide dès demain (vendredi 22 juin 2018).
Les membres de l'établissement public Martinique Transports, réunis cet après-midi (jeudi 21 juin 2018), à Fort-de-France, prennent la décision d'autoriser les chauffeurs des BHNS (Bus à Haut Niveau de Service), à reprendre les essais à blanc dès demain (vendredi 22 juin 2018).

"Dans le cadre de cette opération qui précède et prépare le lancement commercial, les BHNS circuleront sans passagers et seront mis en conditions réelles d’exploitation sur l’ensemble du circuit. En conséquence, pour des raisons de sécurité et de bon déroulement du lancement de l’exploitation commerciale, il est rappelé qu’aucun véhicule ne doit circuler sur les voies réservées au TCSP", indique ce soir Alfred Marie-Jeanne, le président de Martinique Transports.

Les positions se rapprochent


Cette décision fait probablement suite à un rapprochement significatif des positions entre Martinique Transports et la CFTU (Compagnie foyalaise de Transports Urbain), concernant le coût d'exploitation. Un coût établi à 22 euros par kilomètre par la CFTU. Soit une facture annuelle d'environ 15 millions d'euros pour 600 000 kilomètres. Pour comparer, le réseau de transport de l'Espace Sud coûte 18 millions d'euros annuel pour plus de 6 millions de kilomètres...La CFTU aurait revu ce chiffre à la baisse mais nous ignorons pour l'instant, le détail de l'accord qui permet la reprise des essais de ces bus.

L'état des bus interpelle


Mais en attendant, la garantie constructeur des BHNS est terminée depuis le 31 décembre 2017. Le technicien mis à disposition durant deux ans par le constructeur Belge Van Hool ExquiCity est parti. Des équipements électroniques qui n'ont jamais véritablement été utilisés en condition réelle. Lorsque les bus vont rouler, des dysfonctionnements sont à prévoir et en cas de problème...la garantie ne va plus rentrer en jeu.

Rappelons qu'une première période d'essai avait été mise en place du 23 mars 2017 à janvier 2018, puis 5 mois d'immobilisme...
Publicité