martinique
info locale

Centre-ville de Fort-de-France: à quand le renouveau ?

chronique économique
Clients dans commerces
la consommation des ménages représente 60%du PIB (produit interieur brut) ©Martinique 1ère
Confronté à une fuite des clients depuis une quinzaine d'années, le centre-ville de Fort-de-France peine à trouver un second souffle. La mairie se dit, pourtant, certaine, d'inverser la tendance.
C'est devenu, au fil des ans, une évidence: le centre-ville de Fort-de-France n'attire plus autant les clients qu'auparavant. Un déclin observable depuis le début des années 2000.

Un chiffre d'affaires en chute libre

Les causes sont connues: manque de places de parking, offre commerciale insuffisante, concurrence des centres commerciaux et des ventes sur Internet...Résultat: les pertes sont considérables. Un commerçant, installé dans le centre-ville depuis plusieurs dizaines d'années, dit avoir vu son chiffre d'affaires chuter de 60%. Et il n'est, sans doute, pas le seul dans ce cas. Ce qui participe, aussi, à la fuite des professionnels. Ces dernières années, des commerçants, qui ont voulu s'établir à Foyal, ne sont pas restés plus de six mois.

Des fermetures en soirée ?

Malgré ce constat d'échec, la mairie ne désespère pas. Elle croit, dur comme fer, à un retour des martiniquais dans le chef-lieu. Elle en appelle à la responsabilité des commerçants.
L'une de ses propositions: rallonger les horaires d'ouverture jusqu'à 19h, pour faire venir ou revenir les classes aisées. Autre piste à l'étude: celle donnant la possibilité à la municipalité de faire jouer son droit de préemption. Concrètement, elle rachète des locaux pour ensuite y installer des commerces qu'elle aura choisis. Cette mesure vise à favoriser l'émergence d'activités qui n'existent pas ou peu dans le centre-ville.

Parallèlement, Fort-de-France s'apprête à participer à deux programmes de rénovation urbaine financés par l'Etat et la Caisse des Dépôts qui doivent changer en profondeur le visage de la ville. Premiers résultats attendus dans trois ans. 
Publicité