"Certains produits pourraient manquer aux Antilles" à cause d'une perturbation du fret maritime

transports
Jean-Claude Florentiny / transitaires / fret
Jean-Claude Florentiny - président du Syndicat des Commissionnaires en Douane et Transitaires de Martinique. ©J-C Florentiny / Capture Facebook CMA CGM GROUP

Le fret maritime est actuellement perturbé en raison du ralentissement de la vie économique dû à la Covid-19 d’après Jean-Claude Florentiny, le président du Syndicat des Commissionnaires en Douane et Transitaires de Martinique. "Certains produits pourraient manquer aux Antilles".

L’économie au ralenti depuis un an à cause de la pandémie de coronavirus, perturbe la circulation des containers d’un port à l’autre, en particulier le fret en provenance de l’Asie. 

Plusieurs produits importés pourraient manquer dans les mois qui viennent selon Jean-Claude Florentiny, présidente du Syndicat des Commissionnaires en Douane et Transitaires de Martinique.

Sur certains axes géographiques et notamment au départ de l’Asie, on a des difficultés à récupérer des conteneurs et lorsqu’on y parvient, c’est sur des délais très longs.

 

Les produits concernés vont du bazar en passant par les pièces détachées, l’ameublement, les pneumatiques...

On a eu les premiers signes depuis le mois d’octobre 2020.

"Répercussions sur le bassin caribéen"

En fait, c’est toute la production mondiale qui s’est arrêtée il y a un an lors du premier confinement et à la reprise, l’Amérique du Nord a recommencé à consommer avant l’Europe, en absorbant beaucoup de containers.

 

Mais ces boîtes ne sont pas revenues à leur lieu d’origine, d’où les perturbations du circuit, en particulier sur l’axe transpacifique, avec des répercussions sur le bassin caribéen.

 

L’Asie : "l’usine du monde"

 

Outre cette pénurie redoutée par les transitaires, ces derniers observent "une flambée des tarifs du fret en provenance des ports asiatiques, l’Asie étant l’usine du monde, et les circuits courts n’ayant pas pris le relais, voilà ce qui nourrit notre crainte" explique Jean-Claude Florentiny.

Selon le président du SCDTM, la Fédération du Transport et de la Logistique de France (FTLF) est déjà montée au créneau auprès des instances politiques de l’Union Européenne, pour "obtenir un tarif de fret encadré, avant que le phénomène ne s’accentue et que le panier des ménages ne soit impacté en bout de chaîne".

Le fret européen aussi à la hausse
 

Cette démarche est d’autant plus "nécessaire" estime le syndicat local, qu’"à partir du 1er avril 2021, cette hausse des marchandises importées devrait toucher également les produits au départ des ports européens".

Les Outre-mer en continu
Accéder au live