Le chanteur Vincent Ozier-Lafontaine est mis à l'honneur

hommage
Vincent Ozier-Lafontaine
Le chanteur populaire martiniquais Vincent Ozier-Lafontaine ©collection privée
L’association "Carrefour Barel Coppet" rend hommage à Vincent Ozier-Lafontaine ce jeudi 15 mars à Fort-de-France. Âgé aujourd’hui de 85 ans, l'artiste fut dans les années 60 un compositeur de chansons populaires primées.
Vincent Ozier-Lafontaine fait partie de ces compositeurs qui ont fait les beaux jours de la musique antillaise. Cette figure emblématique, née au quartier Trénelle à Fort-de-France, a grandi par la suite à Châteaubœuf, un autre quartier populaire de la ville. 

L'artiste aux multiples métiers a commencé sa vie active comme mousse sur un navire, puis vendeur, garçon-livreur, pompiste avant de devenir un chef d’entreprise émérite.

Un homme discret et déterminé


Ce travailleur infatigable, dans la vie comme dans la musique, a été à l’origine du premier enregistrement d’un 45 tours par une production martiniquaise. Il compose et interprète ses titres comme "Loto ka kôné". Le succès est immédiat !

En 1962, les organisateurs du concours de la chanson créole sont surpris. L’artiste brille dans les catégories proposées : biguine, valse, vidé. Pour ne pas vexer les autres compositeurs, le jury "s'arrange" pour lui décerner deux fois le premier prix et deux fois le deuxième.

Une "musique émotionnelle"


Certains mélomanes se souviennent de "Mode la rivé an péyi a" "Mwen ni an scooter", "Bagar pou an triko", mais ce n’est qu’une infime partie de l’œuvre mémorable de  Vincent Ozier-Lafontaine. Il  est connu pour une série d’hommages : "À mon père", "À ma mère", "Aux femmes", "À Saint-Pierre", "Au 3e âge", " À Loulou Boislaville".

La "musique émotionnelle" de Vincent Ozier-Lafontaine transperce les cœurs, conquiert, émeut..."Adieu doudou", "J'ai le cœur qui saigne", "L'amour impossible",  "Le destin de Gisèle", "Souvenir d’une infirmière", sont autant de titres qui lui ont valu des remerciements à travers le monde. 

Ce jeudi soir 15 mars 2018, au centre international de séjour à Fort-de-France, l’hommage à Vincent Ozier-Lafontaine promet d’être grandiose.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live