publicité

Che Guevara, incontestable icône contestée

Un demi-siècle après sa disparition tragique, Che Guevara continue d’être considéré comme une référence par de nombreux militants sur la planète entière.

Effigie de Che Guevara sur la place centrale de la Havane (Cuba) © AndyLeungHK
© AndyLeungHK Effigie de Che Guevara sur la place centrale de la Havane (Cuba)
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
Ernesto Rafael Guevara de la Serna, surnommé Che Guevara, est devenu l’un des personnages mythiques les plus connus de par le monde. Pourtant, hormis Cuba, sa patrie d’adoption et la Bolivie, où sa vie s’est conclue tragiquement, le 50e anniversaire de sa disparition n’a pas été célébré.

Probablement à cause de ses méthodes. Il n’a pas convaincu les communistes de Bolivie ni les maquisards du Congo de développer la guérilla, cette tactique consistant à harceler l’armée d’un pays pour déstabiliser le régime. Le modèle de la révolution cubaine n’a guère connu de succès hors ses frontières.

Libre à nous de contester son autoritarisme radical du temps où il était ministre de l’Industrie à Cuba. Justice expéditive, condamnations à mort par dizaines sans tribunal, crispation sur ses principes lui étaient reprochés. Fidel Castro s’en est détourné, lui permettant de s’en aller de La Havane.

Libre à nous de contester son obsession de vouloir faire le bonheur des peuples contre leur volonté, dans une quête éperdue de liberté, quitte à choisir une voie tragique et héroïque à la fois, suicidaire et utopique aussi. Pour autant, un demi-siècle après son assassinat, les fondements de son engagement révolutionnaire sont-ils obsolètes ? Sa dénonciation de l’impérialisme et notamment l’asservissement économique de vastes zones du monde et l’uniformisation culturelle ont elle vraiment disparues ? La domination du monde par une hyper-puissance est-elle une légende ?

Sans donner quitus aux méthodes de Che Guevara, il reste que les idéaux auxquels il a voué sa vie demeurent pour beaucoup de militants, de par le vaste monde, un point de départ d’une réflexion et d’une mobilisation pour l’émancipation des peuples opprimés. La révolution serait-elle l’avenir de l’humanité ?

Sur le même thème

  • éditorial

    La Corse ne peut pas nous servir d'exemple

    Les résultats des élections territoriales en Corse sont observés par nos dirigeants politiques, même s’ils sont muets sur le sujet. Est-ce à dire que nous sommes à la veille d’un nouveau changement de statut, comme il en est question là-bas ?

  • éditorial

    Le compromis n’est pas à l’ordre du jour

    Quels points communs entre le conflit du Parc naturel et la gestion de la crise du transport en commun foyalais ? Aucun, si ce n’est cette incapacité de certains de nos élus à trouver des compromis honorables.

  • éditorial

    Le noirisme, forme pervertie de la négritude

    "Black is beautiful". L’expression est bien connue. Les valeurs propres au monde noir, en général, seraient forcément positives. Pourtant, ce slogan passé à la postérité peut aisément prêter à confusion.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play