Christophe Colomb, par lequel tout arriva aux Amériques

histoire
Statue Christophe Colomb
La statue de Christophe Colomb à Madère (région autonome du Portugal, archipel de 4 îles au large de la côte nord-ouest de l'Afrique). ©AndPon
L’anniversaire du débarquement du navigateur italien le 15 juin 1502 sur la plage martiniquaise du Carbet n’a pas été célébré, comme à l’accoutumée. Pourtant, la colonisation de l’île commence par cet épisode méconnu.
 
Dimanche 15 juin 1502. Le trajet aller du quatrième et dernier voyage de la flotille de Cristoforo Colombo dans le dit "Nouveau monde" arrive à son terme. Après quatre longues semaines d’une traversée de l’océan Atlantique entamée le 11 mai, les quatre caravelles qu’il commande abordent l’archipel déjà parcouru lors des trois premières expéditions.

Cette fois, la Capitana, le Santiago, la Vizcaìna et la Gallega passent entre les deux îles de Waitikubuli et Wanakaera. Elles seront renommées plus tard Dominique et Martinique. C’est celle-ci qu’il aborde avec ses 140 hommes d’équipage. Colomb met pied à terre à l’embouchure d’une rivière bouillonnante, sur la côte nord-est, dans la ville actuelle du Carbet.
 

Colomb est précédé par Ojeda, son ennemi intime


Cristoforo Colombo (Cristobal Colòn en espagnol, Christopher Columbus en anglais), n’est pas le premier européen à repérer cette île rebaptisée "Martinique" plusieurs décennies plus tard. L’explorateur espagnol Alonso de Ojeda l’a précédé trois ans plus tôt. Colomb ne reste pas longtemps sur place.

Comme tous les conquistadores, il craint ses habitants, les Kalinago (pluriel de kalina), en français "Caraïbes". Les habitants de Wanakaera, "l’île aux iguanes", y sont installés depuis environ cinq siècles. Les marins européens préfèrent éviter ces vaillants guerriers et redoutables navigateurs semi-nomades se déplaçant d’une île à l’autre.

L’arrivée de Christophe Colomb dans cet espace inconnu en Europe va déclencher un vaste mouvement historique. De nouvelles routes maritimes sont ouvertes au commerce mondial. L’Europe occidentale commence une longue période de prospérité basée sur le commerce colonial, la traite négrière et l’esclavage des Nègres du continent africain.
 

L’épopée de Colomb reste méconnue


Célébrée à Cuba et en République dominicaine, l’épopée de Christophe Colomb est passée sous silence en Martinique. Sauf au Carbet, où la municipalité avait édifié un mémorial sur une place dédiée, non loin du lieu de son débarquement. La controverse qui s’en est suivie a contraint la ville à rebaptiser ce lieu en hommage aux premiers habitants amérindiens de l’île.

Le quatrième voyage de Colomb, après Wanakaera et Waitikubuli, l’amènera à croiser au large de l’Amérique centrale et à s’installer pour une bonne année à Xamaïca (Jamaïque). Il repartira pour l’Espagne 12 septembre 1504 où il arrivera le 7 novembre suivant. Épuisé, malade, il s’éteint à Valladolid le 20 mai 1506, riche et célèbre.

Après le débarquement de Colomb, la Martinique,- ou plutôt Wanakaera – demeure peuplée des Kalinago. Ils sont loin de se douter que près d’un siècle et demi plus tard, la colonisation de l’île débute sur autorisation du roi de France, Louis XIII. Pierre Belain d’Esnambuc, chassé de Saint-Christophe - ou Saint-Kitts - par les Anglais, en prend possession en 1635.