Comment s'alimenter en période de confinement ?

coronavirus
Panier du jardin
Panier de légumes verts issus du jardin. ©Jill Wellington
Même si le gouvernement a prévu l'achat des produits d'alimentations parmi les déplacements autorisés, des filières parallèles se sont mises en place. De nombreuses entreprises proposent des paniers à récupérer au volant de son véhicule ou la livraison de produits à domicile. 
"On m'a dit de ne pas sortir, je ne sors pas", Liliane est catégorique, depuis le début du confinement, elle ne se déplace dans aucun magasin. Elle a choisi les paniers de fruits et légumes à se faire livrer à domicile. 

Le panier m'évitera d'être en contact avec d'autres personnes. Puisque durant le confinement j'essaye de respecter au maximum les directives : rester chez soi et éviter les risques. D'autre part les paniers sont locaux. Donc je fais en quelque sorte un geste solidaire envers les agriculteurs locaux, explique-t-elle.

Ce n'est pas la première fois qu'elle fait appelle à cette entreprise spécialisée qui permet de régler en ligne et d'être livré là où on le souhaite. Mais pour Thomas, c'est une grande première. C'est sur les réseaux sociaux qu'il a reçu l'annonce d'un panier de légumes variés livré à domicile. 

J'ai trouvé que c'était intéressant d'un point vu tarifaire et que c'était local. Je me suis dit autant faire profiter une entreprise locale plutôt que d'aller dans un supermarché et acheter des articles importés, se justifie-t-il. 

Pour la livraison, des précautions particulières ont été prises de la part du livreur qui portait des gants. 

Il a déposé les paniers et après c'était à moi de transvaser le contenu dans des sacs cabas. Et après il a récupéré son panier. C'est juste l'argent qu'il a pris en main, raconte Thomas. 

J'ai reçu du chou, des tomates et des salades. Je devais avoir en plus des concombres et des aubergines, mais le stock a été épuisé. Je pense qu'ils ont été victimes de leur succès. Mais moi j'étais content par rapport à la quantité que j'ai reçu dans le panier, poursuit-il. 

La livraison, une affaire qui marche 


En quelques semaines de confinement, des entreprises de livraison de paniers de fruits et légumes se sont créées et celles qui existaient ont vu leur nombre de commandes se multiplier. 

Selon Heltsy Arnaud co-fondatrice de l'entreprise en ligne Cerise Péyi avec sa soeur Nahomy, "l'activité a triplé". 

La toute jeune société créée il y a neuf mois (juillet 2019), a fermé son shoowroom boutique de Rivière-Pilote pour se consacré exclusivement aux livraisons.

On travaille en famille, comme notre atelier est juste à côté de la maison. Tout le monde met la main à la pâte. L'employé que l'on avait à temps partiel est passé à temps plein.

On livre une cinquantaine de paniers par jour.

On était sur un délai de livraison de 24 à 48h avant la crise du coronavirus et là on est sur des délais d'attente de 3 jours pour la livraison afin de garantir la fraîcheur des produits, explique Heltsy Arnaud.

Les hypermarchés ne sont pas en reste. En collaboration avec l'enseigne ou pas, des entreprises proposent un service de livraison à domicile des courses alimentaires effectuées en hypermarchés. 
Il est possible de faire ses courses en ligne puis de se faire livrer ou alors d'envoyer directement sa liste de produits. Les tarifs varient en fonction du service et/ou de la zone de livraison. 
 

Faire ses courses au volant de sa voiture


Enfin, un nouveau type de service "drive" s'est mis en place. Ainsi, il faut certes, sortir de chez soi, mais inutile de descendre de son véhicule.

C'est le cas de la Coopérative Horticole de Martinique qui tente d'écouler les stocks de fruits et légumes des 80 agriculteurs adhérents de Martinique. 

"Notre site est propice à cela. Vous entrez d'un côté et sortez d'un autre.

Quand vous arrivez, un agent vous demande la quantité de paniers que vous souhaitez et vous donne le prix. Une fois le choix fait, quelqu'un ouvre le coffre et y met le panier pour vous.

Dans ce panier, vous avez, suivant les variétés christophines, choux de chine, patate, bananes créole, concombres, tomates et autres. Uniquement des produits contrôlés", explique Juvénal Rémire, le président du CHM. 

Après une première semaine avec quelques couacs, le président a décidé de relancer le drive sur le site du MArché d'Intéret Antillais à Place d’Armes au Lamentin à compter du mardi 31 mars 2020.