Comment tout savoir sur la chlordécone en osant le demander ?

chlordécone
Chloredécone et banane
Bananeraie au Lamentin ©www.pyepimanla.info
Grande première scientifique et politique : un colloque sur la pollution par la molécule de chlordécone se tient du 16 au 19 octobre 2018 en Martinique et en Guadeloupe. Le public peut y participer, une véritable innovation. Comment ne pas se féliciter de cet événement ?
 
"Chlordécone, opération-vérité". Il convient de considérer le colloque scientifique sur la pollution à la chlordécone pour ce qu’elle est vraiment : un authentique moment de transparence. Pour la première fois, des experts venus de France, de Belgique, de Guadeloupe et de Martinique confronteront les résultats de leurs analyses et de leurs études.

Objectif : rassembler et diffuser en un lieu unique le plus grand nombre de données scientifiques sur les conséquences de l’utilisation de ce pesticide toxique. Il devrait en sortir, en toute logique, des certitudes et des informations fiables, hors tout raisonnement passionné. Ces données permettront aux autorités, aux agriculteurs, aux consommateurs et aux citoyens de disposer du même niveau d’information.
 

Le temps du déni est derrière nous


Le temps de la dénégation est terminé. Le président Macron a donné l’exemple, le 27 septembre. "L’État doit prendre sa part de responsabilité dans le scandale environnemental du chlordécone" a-t-il déclaré. Jamais avant lui, un dirigeant politique ne s’était exprimé aussi honnêtement sur l’empoisonnement des populations antillaises.
Coïncidence ou pas, quelques jours après cette déclaration, ce colloque se tient.

Un rassemblement inédit dans la forme, car ouvert au public. La population est invitée à prendre connaissances des conclusions des experts et à en discuter. Or, par définition, un colloque est réservé à un petit nombre de spécialistes. En outre, des ateliers thématiques accueillent les professionnels de la pêche, de l’agriculture et de la santé. Ils pourront exprimer leurs attentes et leurs besoins.

Rien n’est parfait en ce monde, c’est vrai. Il n’empêche : ce rassemblement de scientifiques est une première, c’est vrai aussi. Donnons une chance à la science de nous indiquer la marche à suivre pour que nous tous, élus, fonctionnaires, producteurs et citoyens, nous puissions sortir dignement de la malédiction du chlordécone.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live