publicité

Comment valoriser le quadruple héritage d’Aimé Césaire ?

Voici 10 ans, jour pour jour, Aimé Césaire s’éteignait. Que reste-t-il de l’héritage politique, littéraire, intellectuel, humain ? Comment mettre en valeur les leçons et le talent du plus illustre des natifs de Martinique ?

Le chantre de la négritude s'est éteint le 17 avril 2008. © Reuters
© Reuters Le chantre de la négritude s'est éteint le 17 avril 2008.
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
De là où il se trouve, il doit bien rigoler, lui le Nègre qui a bien emmerdé les Blancs, devant nos fêtes votives en son nom, lui qui fuyait honneurs et médailles, distinctions et récompenses. Le meilleur hommage à rendre à Aimé Césaire serait de rester fidèle à ses engagements et à sa pensée, quitte à les questionner par une argumentation solide.

Or, sur le plan politique, le Parti progressiste martiniquais qu’il a fondé voici 60 ans assume avec peine une doctrine forgée au temps du colonialisme triomphant. Le PPM des années 2010 ne parvient plus à inscrire dans l’espace public le message d’émancipation de son fondateur, participant ainsi à l’affadissement idéologique propre à notre époque.

Sur le plan littéraire, personne n’écrit comme lui. Et c’est heureux. Chaque écrivain ayant son style, il vaut mieux ne pas l’imiter. Mais il se trouve qu’il n’a pas créé d’école, de chapelle. Tout en influençant celles et ceux qui lui ont succédé. Là n’est pas le moindre des paradoxes césairiens.
Sur le plan intellectuel, la légitimité de la Négritude est acquise.

Ceci dit, sommes-nous tous conscients de l’importance de la part négro-africaine de notre culture ? Avons-nous tous compris que nous n’avons rien à quémander à quiconque pour exister au monde ?
Sur le plan humain, chacun éprouve une certaine fierté du fait que notre pays a produit un tel personnage de rang mondial.

Césaire est fidèlement martiniquais : deux pas en avant, un pas en arrière ; rusé comme un singe ; doté du caractère péléen de celui qui subit longtemps l’adversité avant de se rebeller, de marronner.
Césaire ne cesse d’être aimé depuis qu’il n’est plus de ce monde. Pour mieux le lui prouver, il serait opportun de se plonger à nouveau dans son discours.
1 523 994 868

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play