publicité

La communication des autorités est contestée après l'interdiction de la baignade sur certaines plages à Sainte-Anne

Au lendemain de l'annonce de l'interdiction municipale de la baignade sur les principales plages de Sainte-Anne pour cause de pollution, les usagers estiment que la décision est mal communiquée par les autorités.

Malgré l'interdiction, quelques baigneurs profitent de la plage de Grande Anse aux Salines (Sainte-Anne, samedi 24 août 2019). © Christophe Arnerin
© Christophe Arnerin Malgré l'interdiction, quelques baigneurs profitent de la plage de Grande Anse aux Salines (Sainte-Anne, samedi 24 août 2019).
  • Christophe Arnerin
  • Publié le
Ce samedi (24 août 2019), sur la plage de Grande Anse des Salines à Sainte-Anne, on peine à croire qu’une interdiction temporaire de baignade pour présence de matières fécales, a été prise par la municipalité depuis hier (vendredi 23 août 2019).

En cette fin de vacances, on est loin bien sûr, des pics de fréquentation sur cette plage carte postale du sud de l’île, mais tous ceux que nous avons croisé, touristes comme résidents, déplorent une insuffisance de communication officielle des autorités sanitaires et municipales.

Aucun affichage, aucun agent ! Rien n’a été mis en place pour informer les baigneurs...

Une autre grogne vient des commerçants installés en bordure de mer. Pour eux, c’est clairement un coup dur pour leurs activités, à cause d'une fréquentation quasi nulle de la plage.
La plage de Grande Anse des Salines à Sainte-Anne (samedi 24 août 2019). © Christophe Arnerin
© Christophe Arnerin La plage de Grande Anse des Salines à Sainte-Anne (samedi 24 août 2019).
Alors à qui la faute ? Si le camping sauvage est mis en cause par la municipalité pour expliquer la pollution de la mer, les campeurs affirment qu'ils sont des amoureux de la nature (sous-entendu, qu'ils la protègent).
Reste à maintenant à obtenir des réponses précises de la municipalité saintanaise qui a pris un arrêté d'interdiction de la baignade sur la base d’analyses réalisées par l'Agence Régionale de Santé (ARS), au début du mois d’août 2019.
Les plages concernées

ANSE TRABAUD- CAP CHEVALIER - SALINES-TABLE DU DIABLE ET GRANDE ANSE DES SALINES.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play