martinique
info locale

Confinement : il faut se protéger les yeux face aux écrans !

coronavirus
Numérique
Le digital incontournable ©n-g
En cette période de confinement, les yeux sont davantage sollicités devant la télé, mais aussi sur l’écran de l’ordinateur, du portable et de la tablette. Il faut donc les protéger. Les plus jeunes sont particulièrement concernés.
Le confinement est une mesure gouvernementale pour tenter d’endiguer le dangereux virus covid-19. Il a été prolongé jusqu’au 15 avril 2020, annonce faite par le premier ministre, Edouard Philippe (vendredi 27 mars 2020). "Cette période pourra évidemment être prolongée si la situation sanitaire l'exige", a ajouté le chef du gouvernement.
     
Du coup, petits et grands passent beaucoup de temps devant les écrans de la télévision, des ordinateurs PC, des tablettes et bien sûr des smartphones dont personne ne peut plus se passer aujourd’hui. Et les occasions ne manquent pas de passer un appel vidéo avec des amis ou pour chatter en famille. Le raz-de-marée technologique s’est donc emparé de toute la population et plus particulièrement des jeunes.
 

Les jeunes : premiers utilisateurs


En 2016, 93% des 12-17 ans disposaient d’un téléphone portable, contre 72% en 2005 selon le baromètre du numérique  établi par l’ARCEP (l’Autorité de Régulation des Communications). Selon une enquête Ipsos (Junior’s connect), les 13-19 ans, passent en moyenne 15h11 par semaine sur internet en 2017, soit 1h41 de plus qu'en 2015.
Quant au 7-12 ans, eux aussi connectés, ils passent en moyenne 6h10 sur le web par semaine (45mn de plus par rapport à 2015) et les 1-6 ans, 4h37 (55 mn supplémentaires que l’année précédente).

Trois ans après, selon le site statista.com, en 2019, les adolescents âgés entre 12 et 17 ans étaient équipés à 90% et parmi les 18-24 ans, le taux de pénétration s'élevait à 99%.
 

Le principe de précaution doit être de mise


L’exposition prolongée devant ces écrans entraîne inévitablement des fatigues oculaires "et ce ne sont ni les filtres antireflets, ni les écrans anti-lumière bleue qui vous préserveront efficacement. A ce jour, les preuves scientifiques manquent pour constater les bienfaits de ces dispositifs" ajoute 60 millions de consommateurs.

Le magazine édité en ligne par l’Institut National de la consommation recommande 5 principales règles à observer.

1. Portez des lunettes à verres anti-lumière bleue 
Bien que limitée, cette protection est toujours bonne à prendre. Les verres les plus protecteurs sont souvent très jaunes et généralement montés sur les lunettes de fans de jeux vidéo ("gamers").

2. Baissez la luminosité de votre écran par défaut
C’est un bon moyen de réduire l’agression lumineuse et d’éviter de s’habituer à une luminosité élevée, dangereuse pour les yeux si l’on est trop souvent exposé.

3. Installez un logiciel pour adapter l’intensité lumineuse
Ces logiciels permettront de limiter les variations de lumière entre l’écran et l’environnement, mauvaises pour les yeux.
 
4. Marquez des pauses toutes les deux heures
Ces temps morts sont essentiels pour rétablir une fréquence de clignements normale, souvent ralentie après une longue session et déterminante pour humidifier correctement vos yeux.
 
5. Activez si possible le mode sombre sur les smartphone
Avec son fond noir, moins réfléchissant qu’un fond blanc, le mode sombre disponible sur certains smartphones est censé mieux respecter votre œil. Selon Roshni Patel, une optométriste qui a participé à une étude sur la fatigue oculaire, "c’est une solution idéale pour les bureaux faiblement éclairés et de nuit".
 

Mise en garde contre les LED (lumière bleue)  


Suite aux évolutions technologiques privilégiant les LED, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (l’ANSES) a été saisie en décembre 2014 afin de mettre à jour son avis publié en 2010 sur les effets sanitaires des systèmes d’éclairage utilisant des diodes électroluminescentes (LED).

Cette expertise réactualisée rendue en mai 2019, donne son avis à propos des "effets sur la santé humaine et sur l’environnement (faune et flore) de ces LED". L’Agence recommande de réduire l’exposition de ce type de lumière notamment pour les personnes les plus sensibles… une "lumière bleue" présente aujourd'hui sur presque tous les écrans et sur les phares automobiles.