Conflit CFTU : les négociations sont au point mort

social
Conflit CFTU : les négociations au point mort
Quatrième tentative de négociations entre Martinique Transports et l'intersyndicale de la CFTU ©Martinique la 1 ère
Dix jours sans bus sur Fort-de-France, Lamentin, Schoelcher et Saint-Joseph. Les négociations n'ont pas abouti hier (vendredi 27 décembre 2019) entre les représentants de Martinique Transport et l'intersyndicale de la CFTU. Les usagers prennent leur mal en patience mais jusqu'à quand ? 
Les négociations entre Martinique Transports et l'intersyndicale de la CFTU sont au point mort. Et les usagers en sont pour leur frais depuis le 17 décembre 2019. Dix  longues journées de débrouille pour aller faire ses courses, aller à son travail ou chez le médecin. En pleine période de fêtes de fin d'année. 

Les quatre communes de la CACEM, Fort-de-France, Lamentin, Schoelcher et Saint-Joseph, sont impactées par cette grève. 

La reprise des discussions, après plus de quatre heures, entre les représentants de Martinique Transport et les syndicats de la CFTU, en présence des représentants de la DIECCTE (Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi), a  abouti à la prolongation de la grève sur le réseau de la CACEM.


(Re)voir notre reportage avec Stéphane Petit-Frère et Guilhem Fraissinet.
 
Les négociations entre l'intersyndicale de la CFTU et Martinique Transports au point mort ©Martinique la 1 ère

Toujours la galère pour les usagers


Sur son site la CFTU informe les usagers du réseau Mozaïk que de fortes perturbations sont à prévoir sur l’ensemble de ses lignes jusqu'au 31 décembre 2019.

Les grévistes se concerteront (samedi 28 décembre 2019) pour une éventuelle reprise des blocages qui avaient été levés hier dans l'après-midi. 

Depuis qu'ils ont appris la résiliation de la délégation de service public (DSP) attribuée à la CFTU depuis décembre 2011, les salariés de l'entreprise (sur le réseau bus et TCSP), ont cessé le travail et veulent obtenir des garanties sur le maintien de leur emploi. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live