Un congé "parent-malade", l'une des nouvelles propositions de Marlène Schiappa 

société
Personnes agées
Accompagnement de seniors (image d'illustration) ©DR
Un congé pour les jeunes grands-parents, l’allongement du congé paternité, mais aussi un congé parent-malade, sont quelques-unes des nouvelles propositions de Marlène Schiappa. La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes, propose de réformer les congés familiaux.
C’est dans les colonnes du Parisien (le 7 juin 2020) que la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes a formulé des préconisations pour une refonte des congés familiaux.

Marlène Schiappa souhaite allonger le congé paternité et créer un congé jeunes grands-parents, ainsi qu'une autorisation spéciale pour garder un parent malade.
 

Un congé parent-malade 


Comme pour le congé enfant malade qui existe déjà, l’idée serait de bénéficier de trois jours "d’absence", afin de s’occuper d’un des parents en difficulté de santé.

Charles Barclay a été responsable de l'action sociale à l'ex conseil général. Le président d'honneur de la fédération martiniquaise des associations et clubs de 3e âge, est sensible à cette idée de la secrétaire d'Etat.

La proposition de création d'une prestation de l'État versée aux personnes venant en aide à leurs parents malades, me parait dans son principe, une mesure très favorable, notamment pour nos territoires où la population âgée et très âgée est la plus représentée.

L'articulation de ce "congé parent malade" avec les dispositifs existants gérés par la CTM au titre de l'aide sociale, viendrait renforcer l'efficacité de celle-ci.


La Martinique, territoire vieillissant 


Selon l’INSEE, en 2014, près d’un quart des martiniquais avait plus de 60 ans. La population vieillit de façon plus prononcée qu’ailleurs en France explique l’institut.

A l’horizon 2030, près de 40 % de la population en Martinique sera âgée de 60 ans et plus, contre 30 % en France hexagonale, positionnant la Martinique au 1er rang des régions françaises les plus âgées.

(INSEE Martinique - 22 septembre 2016)

Marlène Schiappa
Tweet de Marlène Schiappa (7 juin 2020) ©Tweeter de Marlène Schiappa
Pour Francis Carole, conseiller exécutif en charge des affaires sociales, de la santé et de la solidarité à la Collectivité Territoriale de Martinique, c'est un projet "positif".

Le projet d’un congé pour s’occuper ponctuellement de ses parents malades est en soi positif. D’ailleurs, il avait déjà été proposé par des associations du secteur des personnes âgées.

Dans un pays comme le nôtre, la Martinique, qui compte un nombre important de personnes âgées, cette mesure présenterait de l’intérêt. Il conviendra, bien évidemment, d’en connaître, le moment venu, les conditions d’application.

Rappelons tout de même qu’il existe depuis 2017, un congé du proche aidant qui ne sera rémunéré qu’en octobre 2020. L’aide aux proches aidants reste largement au-dessous des besoins.


Un congé jeunes grands-parents


Les "jeunes" nouveaux grands parents sont également ciblés par la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes, pour être au chevet de leurs petits-enfants à la naissance,
"Aujourd'hui, une femme devient grand-mère en moyenne autour de 54 ans. Beaucoup de grands-parents sont encore actifs ! On a vu pendant le confinement à quel point leur rôle est crucial observe Marlène Schiappa.
 

Allongement du congé paternité


La ministre souhaite par ailleurs, que le congé paternité soit allongé d’un mois. Cette proposition de loi formulée par le groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine, préconise un passage de 11 à 21 jours de congés pour les hommes et vise à le rendre obligatoire.

Les femmes ont conquis le droit d'aller travailler sans demander l'autorisation. Et s'il restait à conquérir le droit pour les hommes de se consacrer à leur foyer ? 

(Marlène Schiappa)


Propositions avant un remaniement ministériel ?


Les propositions de Marlène Schiappa interviennent avant un probable remaniement ministériel qui se chuchote dans les coulisses du gouvernement. Celle qui se dit "macroniste pur jus" semble donc déjà se positionner, au cas où.

Marlène Schiappa entend ainsi "poursuivre le travail commencé sur l’égalité femmes-hommes" car il y a nécessité selon elle, de "réfléchir aux questions d’harmonie entre la vie professionnelle et la vie familiale".
Absences pour maladie et congés pour événements familiaux existants :

    •  Les congés pour événements familiaux sont liés à la naissance, au mariage, PACS, au décès d’un proche… Le salarié peut s’absenter pendant une durée minimale de 1 à 5 jours. 
    •  Le congé maternité : les femmes salariées bénéficient de ce congé avant et après l’accouchement. Leur contrat de travail est suspendu, elles peuvent bénéficier d’indemnités journalières. 
    •  Le congé d’adoption : les salarié(e)s qui adoptent un enfant peuvent bénéficier d’un congé d’adoption. Les salarié(e)s peuvent bénéficier d’indemnités journalières versées par la Sécurité sociale. 
    •  Le congé parental d’éducation fait suite à une naissance ou à une adoption. Le salarié peut bénéficier d’un congé parental d’éducation interrompant ou réduisant son activité professionnelle. 
    •  Les garanties liées à la maternité ou à l’adoption sont des protections bénéficiant à la salariée enceinte : autorisations d’absences, affectation à un autre emploi, protection contre le licenciement, salaire… 
    •  Les congés et absences pour enfant malade sont d’une durée de 3 jours d’absence par an et 5 jours si l’enfant a moins d’un an ou si le salarié a la charge de 3 enfants. 
    •  Le congé de solidarité familiale : il permet d’assister un proche souffrant d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable. 
    •  Le congé de proche aidant : il permet aux salariés de suspendre leur contrat de travail pour accompagner un proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Il est non rémunéré. 
    •  L’allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie : elle peut être attribuée aux bénéficiaires du congé de solidarité familiale, qui suspendent ou réduisent leur activité et aux demandeurs d’emploi. 
    •  L’arrêt de travail pour accident ou maladie professionnelle : le salarié peut bénéficier d’une protection spéciale pendant l’arrêt de travail et à l’issue de celui-ci. 
    •  Les absences liées à la maladie ou à l’accident non professionnel : le salarié peut bénéficier d’un arrêt de travail. Lors de ces évènements, il peut bénéficier d’une indemnisation.

(Source : Ministère du travail)
Les Outre-mer en continu
Accéder au live