Les conseillers municipaux et communautaires préparent leurs installations

élections
Foule au Marin
Ambiance électorale au Marin (28 juin 2020). ©Martinique la 1re
Comme prévu par les texte et les usages, les 7 derniers conseils municipaux de Martinique, seront installés les 4 et 5 juillet 2020. Par ailleurs, les conseillers communautaires de la Cacem, de Cap Nord et de l'Espace Sud doivent s'installer entre le 8 et le 17 juillet 2020.
L’installation des conseils municipaux prévue dans la semaine qui suit le second tour des élections (28 juin 2020), est le temps fort de la vie communale qui relève avant tout d’un formalisme juridique afin que le maire et les adjoints puissent former la nouvelle municipalité.
 

Mesures de sécurité sanitaire


"Il sera possible de réunir les conseils municipaux sans présence du public, ou avec un effectif limité et adapté à la salle et au respect des "mesures barrières", selon les directives du gouvernement. En cas d’absence de public, la publicité de la réunion (via les réseaux sociaux, notamment), pourra être assurée par sa retransmission en direct.

Ces mesures visent à assouplir les conditions de réunion du conseil municipal afin de garantir le respect des mesures de distanciation physique et la protection des personnes vulnérables.
 

Calendrier des installations municipales


Samedi 4 juillet 2020
♦Saint-Joseph à 8h30 au hall des sports
♦Marin à 10h00 au restaurant scolaire
♦Diamant à 15h à l’école de Carrière 

Dimanche 5 juillet 2020
♦Rivière-Pilote à 9h sous le marché couvert
♦François à 9h30 à l'Appaloosa
♦Ducos à 10h à la cantine centrale
♦Marigot à 11h à l'espace Michel Renard

Foule à Rivière-Pilote
Liesse populaire à Rivière-Pilote (28 juin 2020). ©Martinique la 1re
 

Élections des présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI)


Après l'installation des conseils municipaux, les délégués des communes vont élire (entre le 8 et le 17 juillet 2020), les présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI).

Qui sera président (ou présidente) de Cap Nord, de la Cacem et de l’Espace Sud ? 
 

Dans le Nord, Alfred Monthieux et Bruno Nestor Azérot sont candidats


Pour Cap Nord, le président sortant veut rempiler. Maire du Robert, à la tête de sa ville depuis 1997 et de l’intercommunalité depuis 2014, Alfred Monthieux affiche son bilan qu’il estime positif. Il s’en sert comme argumentaire pour sa réélection.

Sur sa route, son homologue de Sainte-Marie, Bruno Nestor Azérot, premier vice-président depuis sa nouvelle élection, en 2017, comme maire de Sainte-Marie, qu’il administre depuis 2008. Il se voit bien dans le fauteuil de président de Cap Nord. D’autant plus que n’étant plus député depuis trois ans, il cherche à démultiplier ses responsabilités et assouvir son ambition. Il démarche activement ses collègues des 18 communes membres.

Vu leurs poids démographique, 4 des 18 communes du Nord pèsent fortement sur le choix du président. Robert, Sainte-Marie, Trinité et Gros-Morne disposent à elles quatre de 33 délégués sur les 53. La majorité absolue de 27 voix n’est pas aisée à obtenir, les oppositions municipales n’étant pas tenues de voter dans le même sens que les élus de leur majorité.
Cap Nord
Panneau de la communauté d'agglomération Cap Nord. ©Martiniquela1ère
 

Au centre, le tour de Schoelcher est arrivé


À la Communauté d’agglomération du centre de la Martinique (Cacem), aux termes d’un accord verbal passé entre les premiers présidents de l’institution, un tour avait été instauré pour la présidence. C’est ainsi qu’après Fort-de-France en 2001 et Lamentin en 2008, Schoelcher devait assurer la charge en 2014. Le maire, Luc Clémenté, s’est alors désisté. Son homologue de Saint-Joseph, Athanase Jeanne-Rose, a donc succédé à Serge Letchimy puis à Pierre Samot. Schoelcher qui avait passé son tour en 2014 revient dans le jeu en 2020. Son maire, réélu, y est prêt.
 

Dans le sud, Eugène Larcher veut un 3e mandat


Par rapport au nord et au centre, le climat est différent au sein de la Communauté d’agglomération de l’Espace Sud, la CAESM, ou Espace Sud. Le rapport de forces est équilibré entre les communes. Aucune ne peut à elle seule empêcher ou favoriser l’élection du président du fait de son effectif de délégués.

Chacune des 12 communes membres dispose de 2 à 6 élus sur les 49 sièges du conseil communautaire. Les négociations sont donc plus complexes pour obtenir un consensus, quand le nombre de voix suffit à Cap Nord et à la Cacem.
 
Au moins 3 candidats 
Les deux doyens des maires en exercice, André Lesueur de Rivière-Salée, et Arnaud René-Corail, des Trois-Ilets, peuvent prétendre remplacer le maire des Anses d'Arlet, Eugène Larcher, en place depuis 2008.

Maires tous deux depuis 1989, ils possèdent une longue expérience de la vie politique. Ils souhaitent conclure leur long parcours par la présidence de l’intercommunalité, bien qu’ils n’ont plus rien à prouver quant à leur implication dans la vie de la cité. Toutefois, le président sortant n’a pas dit son dernier mot. Maire de la commune la moins peuplée de l’Espace Sud, il a su tirer profit de ce désavantage pour le transformer en atout.

Rappelons qu'Arnaud René-Corail a été le président fondateur de la communauté d’agglomération, en tant que le premier président de l’Espace Sud en assurant la transformation du Sivom-Sud.
 

Dates des élections

8 juillet 2020 : Cacem 
15 juillet 2020 : Cap Nord
17 juillet : Espace sud

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live