Contrôle des mesures de confinement : 161 verbalisations en Martinique samedi 7 et dimanche 8 novembre

coronavirus
Gendarmerie
©Cap/fb/Gendarmerie
Les forces de l’ordre multiplient les contrôles pour faire respecter le confinement. Samedi 7  et dimanche 8 novembre 2020, ils ont vérifié les attestations dérogatoires sur les lieux de rassemblement et les commerces. 161 contraventions ont été dressées pour non-respect des règles de déplacement.
Le confinement est imposé depuis 11 jours, si les militaires ont fait preuve de pédagogie dans un premier temps maintenant  ils sont plus inflexibles. 

200 agents des forces de l'ordre mobilisés (150 gendarmes et 50 policiers) étaient sur le terrain, samedi 7 et dimanche 8 novembre 2020.

Le but étant de s'assurer que les dispositions du décret du 29 octobre 2020 étaient respectées. Il s'agissait de vérifications des attestations de sortie en version papier ou numérique indispensables pour se déplacer depuis le reconfinement.
Au-delà du respect des consignes de déplacement avec présentation obligatoire de l’attestation dérogatoire, les policiers s’assurent, aussi, du respect du port du masque.
Gendarmerie
contrôle des attestations dérogatoires sur la route de Schoelcher ©Cap/fb/gendarmerie

161 verbalisations


Les contrôles pendant ces deux jours en Martinique ont ciblé les lieux de rassemblement, 27 plages de l’ile, 61 commerces et près de 1100 véhicules sur les différentes routes de Martinique. 

1400 personnes ont été contrôlées. Sept verbalisations ont été dressées sur les plages et 15 dans différents commerces. 139 personnes ont enfreint les règles de déplacement, selon le décret du 29 octobre 2020 qui régit ce deuxième confinement.

Pour l’ensemble des opérations menées en plusieurs points, on enregistre un nombre total de 161 verbalisations au cours du week-end. 


Attention aux contrôles


Toute personne peut se faire contrôler dès lors qu’elle se déplace. Dans l’espace public, la rue, les routes, les commerces, les parkings de grandes surfaces, parcs ou encore dans les transports en commun.

En revanche, les forces de l’ordre ne peuvent pas contrôler les personnes dans des espaces dont l’entrée est payante, les entreprises, chambres d’hôtels, maison, immeubles…