publicité

La convention de jumelage entre les Anses-d'Arlet et Ouidah (Bénin) sera finalisée en Martinique

Des maires, des élus et des députés de l’Assemblée nationale du Bénin sont en Martinique pour les cérémonies de la deuxième phase du jumelage entre Les Anses-d’Arlet et la ville d’Ouidah. La signature définitive de la convention de jumelage va se dérouler samedi 20 juillet 2019.

Eugène Larcher maire des Anses d’Arlet et M. B. ADJOVI, 1er adjoint de Ouidah, lors de la
célébration de jumelage à Ouidah, le 16 avril 2019. © Anses-d'Arlet
© Anses-d'Arlet Eugène Larcher maire des Anses d’Arlet et M. B. ADJOVI, 1er adjoint de Ouidah, lors de la célébration de jumelage à Ouidah, le 16 avril 2019.
  • Par Jean-Claude SAMYDE
  • Publié le
La première phase de signature du jumelage s’est déroulée à Ouidah le 16 avril 2019. Elle concrétise la volonté du maire des Anses-d’Arlet de construire un cadre de coopération nouveau avec le Bénin mais aussi, avec le continent africain dans son ensemble. 


Un projet lancé par les Anses-d'Arlet


Eugène Larcher, le maire de cette petite commune du sud de Martinique, a convaincu son conseil municipal et a fait voter le 26 juillet 2018 à l’unanimité, la proposition de la mise en place d’un jumelage entre les Villes de Ouidah et les Anses-d’Arlet.
© Anses-d'Arlet
© Anses-d'Arlet

Un impact sur d'autres villes du Bénin


Ouidah est une ville du sud du Bénin, en Afrique de l'ouest. Cet exemple de coopération a déjà un impact favorable sur plusieurs autres villes du Bénin comme celles de Cotonou, de Zè et bien d’autres qui envisagent de mener des actions de coopération décentralisées avec des villes de Martinique.
​​​​​​​La Route des Esclaves, un chemin par lequel les esclaves étaient emmenés pour rejoindre les navires, est bordée de monuments et conduit à la "Porte du Non Retour", une arche commémorative sur le front de mer.​​​​​​​ © Ouidah
© Ouidah ​​​​​​​La Route des Esclaves, un chemin par lequel les esclaves étaient emmenés pour rejoindre les navires, est bordée de monuments et conduit à la "Porte du Non Retour", une arche commémorative sur le front de mer.​​​​​​​
Une partie importante des esclaves déportés vers la Martinique sont partis du Bénin, anciennement appelé le Dahomey. Le célèbre et résistant Roi du Dahomey, le Roi BEHANZIN arrêté par les français, a séjourné pendant douze ans au Fort-Tartenson.


Une délégation de parlementaires


​​​​​​​Trois hautes personnalités de l’Assemblée nationale du Bénin dont le premier questeur sont présentes en Martinique jusqu'au 23 juillet 2019. Au-delà de leur participation à ces cérémonies, elles rendront visite aux autorités Martiniquaises afin d’étudier la faisabilité de la mise en place de partenariats sur les plans touristique, environnemental, culturel, et social.
Les différentes associations de pêcheurs des deux villes vont développer des collaborations. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play