Coronavirus : couvre-feu sur l'ensemble de la Martinique à partir du mercredi 1 er avril

coronavirus
Martinique
couvre-feu du 1er avril jusqu'au 15 avril de 20 h à 5 h du matin. ©Martinique la 1ère
La décision vient de tomber. Le préfet de Martinique vient d'annoncer la mise en place d'un couvre-feu à partir du mercredi 1 er avril, entre 20 h et 5 h du matin sur la totalité de l'île. Des poursuites pénales sont prévues pour ceux qui y dérogent.
Les mesures de confinement ne sont pas assez respectées, de jour comme de nuit en Martinique.

Les professionnels de santé le dénonçait depuis le début de l'épidémie et appelaient à l'aide la population pour que le coronavirus ne se propage pas plus vite et mettent en péril leur vie ainsi que celles de ceux qui contribuent à lutter contre le virus.

Pour enrailler la propagation du coronavirus, le préfet de Martinique vient d'annoncer la mise en place d'un couvre-feu à partir de demain, mercredi 1er avril 2020, de 20 h et ce jusqu'à 5 h du matin. 

La présence de trop de contrevenants dans les rues de Fort-de-France mais aussi dans de nombreuse communes du nord au sud de l'île a donc poussé les services de l'Etat à renforcer l'obligation de confinement et sur toute la Martinique. Comme en Guyane et une partie de la Martinique.

Après la fermeture obligatoire de tous les commerces entre 19 h et 6 h du matin à l'exception des pharmacies, Stanislas Cazelles est donc passé à la vitesse supérieure. 

L'arrêté relatif à ce couvre-feu a été publié ce jour mercredi 1 er avril.

Le pic de l'épidémie attendu dans les heures et jours à venir risque d'entraîner une affluence de patients aux urgences du CHUM. Et la situation du personnel soignant et la possible pénurie de respirateurs pour les patients en réanimation ne permet pas de jouer avec le feu. 
 


(Re)voir l'interview du préfet de Martinique Stanislas Cazelles journal télé Martinique la 1ère mardi 31 mars 2020.
Ce sera donc un couvre-feu jusqu'au 15 avril et de 20 h à 5 h du matin. 

Des poursuites pénales attendent les contrevenants à cette mesure qu'ils circulent à pied, à vélo, à moto ou en voiture. 

Seule exception, le déplacement obligatoire du personnel soignant et de tout autre personne appelée à lutter contre le coronavirus dans les services publics. 

Pour les particuliers, seuls seront tolérés sous condition d'autorisation par la préfecture, les déplacements pour motifs de santé.