Coronavirus COVID-19 : le 15, le service réanimation et les infectiologues en 1 ère ligne

coronavirus
Coronavirus : le CHUM se prépare  NE PLUS UTILISER A LA DEMANDE DE LA PERSONNE
NE PLUS UTILISER A LA DEMANDE DE LA PERSONNE ©Marc Balssa
Le centre hospitalier universitaire de Martinique se prépare à soigner d'éventuels patients touchés par le coronavirus. Une consigne à rappeler : en cas de doute, appeler le 15 mais ne pas se rendre aux urgences pour éviter de contaminer d'autres personnes. 
Une zone de confinement dédiée aux cas critiques. Au CHUM (Centre hospitalier universitaire de Martinique) trois chambres  à pression négative ont été préparées pour accueillir entre 3 et 7 patients potentiellement infectés par le coronavirus Covid-19.
L'air y est filtré et surtout la pression y est inférieure à l’extérieur. Ainsi l'air ne peut pas sortir et un virus s'y retrouve bloqué. 

Pour pénétrer dans ces chambres, le personnel doit s'équiper : sur-bottes, gants, combinaison imperméable, masques et capuches.

Il faut absolument éviter qu'un postillon puisse passer dans les voies respiratoires des soignants. C'est le cas de contamination classique du Coronavirus.


Dans le contexte actuel de risque de pandémie, le service de réanimation du plateau technique du CHUM a préparé, conformément aux normes recommandées par le ministère de la Santé et des solidarités un espace dédié à ces malades potentiels. 
 
Samu, infectiologues, services de réanimation sont en première ligne  pour une prise en charge optimale. Une procédure  a bien été instaurée depuis quelques semaines en cas d’identification de cas suspects, il y a des tenues adaptées en stock pour les équipes médicales. Pour l'heure le personnel continue à se former à la technique du diagnostic. 

Depuis le début de la crise, ces spécialistes sont en contact permanent avec leurs collègues infectiologues de l’hexagone dans un réseau de coordination appelé le COREB (Coordination Opérationnelle
Risque Epidémique et Biologique)
.

Cette maladie provoque une détresse respiratoire. Elle ressemble aux symptômes du virus de la grippe qui fait de nombreuses victimes chaque année.

(Re) voir ce reportage sur des images de Marc Balssa.
©Martinique la 1 ère
Il est rappelé que dans le doute les patients doivent appeler en priorité le Samu afin d'éviter que des patients, qui ne savent pas où aller, aillent aux urgences.

Ce qui représenterait un risque d'être mélangé à des patients qui ont d'autres pathologies ou qui sont particulièrement fragiles.

C'est la stratégie de retardement qui a été mise en place : appeler le 15, être orienté vers les bons parcours de soins qui, lorsque les patients présentent des signes, permettent une détection et une mise en relation avec un médecin.