Coronavirus : les infirmiers libéraux très exposés, mais sous équipés en Martinique

coronavirus
Manifestation des infirmiers
Manifestation d'infirmiers libéraux dans la rue (en 2016) ©Martinique 1ère
Dans ce contexte de crise sanitaire, les infirmiers libéraux estiment ne pas être suffisamment protégés, alors qu’ils sont très exposés lors des soins à domicile. Ces professionnels de santé réclament à l’état des équipements de protection.
7 jours sur 7, les infirmiers libéraux sont au service de personnes en souffrance, souvent âgées, alitées, à mobilité réduite ou atteintes de pathologies graves ou délicates nécessitant des soins à domicile. Ces professionnels de santé sont donc exposés, d’autant plus en période d’épidémie telle que celle du coronavirus, qualifiée aujourd’hui de pandémie.

Depuis quelques jours, une pétition en ligne circule sur change.org afin d’alerter les pouvoirs publics sur les risques encourus par ces libéraux, en contact permanent avec des patients parfois à risque.
Pétition infirmiers libéraux
Pétition en ligne des infirmiers libéraux ©Cap Facebook
Angélique Hillion, infirmière libérale, a posté un message audio sur les réseaux sociaux lundi 16 mars 2020, relayant les inquiétudes de la profession.

Dans ce contexte de pandémie au niveau local, il faut savoir que les infirmiers libéraux ne sont pas protégés. On nous demande de soigner la population la plus à risque, sauf que nous n’avons pas de masques, plus de solutions hydro-alcooliques. L’ARS avaient mis à disposition de chaque professionnel libéral une boîte de 50 masques en pharmacie, mais le stock a rapidement été épuisé dans plusieurs officines.
Personnellement j’ai parcouru 7 pharmacies sans succès. La majorité des collègues n’ont pas de masque, sachant qu’un masque chirurgical est "valable" 4 heures de temps...il faut donc en changer régulièrement (...). Nous sommes plus des vecteurs du virus à l’heure actuelle, que des soignants qui luttent contre sa propagation.
Les infirmiers libéraux se demandent donc comment ils doivent agir !

Infirmiers en grève
Infirmiers en grève en Martinique. ©Cap Facebook / URPS IDEL Martinique

"On se met en danger et nos patients aussi" 


Tania Lacrampe est elle aussi infirmière libérale depuis près 15 ans. Elle mesure la complexité de la situation.

Moi je prends les précautions basiques : je me lave régulièrement les mains, je fais attention pour qu’on ne me tousse pas dessus, je garde une certaine distance, mais quand on fait des soins d’hygiène (par exemple une toilette), on ne peut pas être à 2 mètres du patient. Du coup, nous sommes exposés d’un foyer à l’autre et devenons ainsi des vecteurs potentiels du virus.
On se met en danger et nos patients aussi. Donc c’est un vrai dilemme : continuer à soigner les gens, mais sans les moyens de protection adéquates. Et si dans quelque temps on nous réquisitionne en cas de saturation des hôpitaux pour des prises en charge à domicile de personnes refoulées, nous serons encore plus exposés évidemment.

Angélique, Tania et leurs collègues s'interrogent encore sur la conduite à tenir face à cette situation, par rapport aux risques encourus sans masque de protection. Alertée par la présidente de l’ordre des infirmiers de Martinique (Mireille Chibourg), l'Agence Régionale de Santé n'avait avancé aucune date pour la fourniture de cet équipement, jusqu'à la nouvelle allocution du Président de la république, lundi 16 mars 2020.
 

Masques : priorité au personnel médical et infirmiers libéraux.


Emmanuel Macron a annoncé que les masques de protection seront prioritairement réservés au personnel de santé dont les infirmiers libéraux. Ce matériel devrait être disponible avant la fin de la semaine, dans les pharmacies de Martinique
Les Outre-mer en continu
Accéder au live