Coronavirus : les mesures de confinement entrent en vigueur à midi en Martinique

coronavirus
Police
Policier en uniforme ©Nicolas Guyonnet / Hans Lucas
Dès midi, des mesures de confinement strictes décidées par le président de la République entrent en vigueur dès midi en Martinique. Pour une 15 jours qui pourra prolongée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. Une question de vie ou de mort affirme le ministre de l'intérieur. 
Dès midi, des mesures de confinement strictes décidées par le président de la République entrent en vigueur en Martinique à partir de midi pour une durée de 15 jours qui pourra être prolongée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire.

Pour aider à stopper la propagation du virus, les mesures sont les suivantes. Tous les déplacements doivent être réduits à leur strict minimum.

Rester chez soi, aujourd’hui et dans les prochains jours, c’est sauver des vies.
 

Les exceptions peuvent être tolérées


- Pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail, notamment pour les personnes dont les activités ne peuvent pas être interrompues ni organisées sous forme de télé travail.

- Pour faire des courses de produits de première nécessité, c’est-à-dire la nourriture et les produits d’hygiène.
- Pour motif de santé.
- Pour les déplacements familiaux impératifs ou l’assistance aux personnes vulnérables. Autre exemple, celui des parents divorcés qui peuvent naturellement toujours aller chercher et retrouver leur enfant.


Une mesure à titre très exceptionnelle


Les déplacements très brefs à proximité immédiate de son domicile, afin de faire du sport ou pour promener un chien sont tolérés.


Limiter au maximum toute activité collective est interdite


Entrent dans cette catégorie : les repas de famille, les dîners entre amis, un match de foot avec quelques amis, des retrouvailles pour une partie de cartes.

Tout ce qui peut paraître anodin en temps normal est interdit. Pas toléré, interdit ! 
- Christophe Castaner ministre de l'intérieur. Allocution télévisée du 17 mars 2020.
 


Christophe Castaner précise que "chacune de ces rencontres est une possibilité de transmettre le virus. C’est un risque de contribuer à accélérer la diffusion du Covid19. Derrière chaque poignée de main, chaque bise, chaque rencontre en groupe, ce sont des victimes en plus, des morts en plus".
 

Il est question de vie et de mort. Et il n’a jamais été aussi simple de s’engager pour son pays, de s’engager pour les autres : rester chez soi suffit.


Afin que ce confinement montre ses effets et endigue effectivement la propagation du virus, les mesures suivantes doivent être strictement suivies :

- Pour chaque sortie, chaque personne devra disposer d’une attestation sur l’honneur indiquant son identité, son adresse et les motifs de son déplacement.

Un formulaire d’attestation de déplacement a été mis en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur et le sera bientôt sur d’autres sites du Gouvernement.


Par ailleurs, si quelqu’un ne dispose pas d’imprimante ou d’accès à internet, il pourra réaliser son attestation de déplacement sur papier libre. Il faudra bien en réaliser une pour chaque déplacement. 

- Un autre formulaire, professionnel celui-ci, a été mis en ligne.

Il s’agit d’une attestation employeur affirmant l’absolue nécessité pour la personne qui le détient de se déplacer pour aller travailler. Elle doit être remplie et visée par l’employeur.

Les policiers et gendarmes auront pour mission de vérifier que chaque personne soit en possession de son attestation en cas de sortie. Ils réaliseront des contrôles aussi bien fixes qu’aléatoires.
 

Toute infraction sera punie d'amende


Une amende de 38€ est aujourd’hui prévue, dont le montant sera rapidement porté à 135€.

La limitation drastique des déplacements doit être cohérente et globale. Elle concerne donc évidemment aussi les déplacements transfrontaliers.

Ainsi, désormais, toutes les entrées de ressortissants étrangers à l’Union européenne, à l’espace Schengen et au Royaume-Uni sont interdites dans l’espace européen. Pour les ressortissants de pays tiers, les frontières seront fermées.
Quelques exceptions sont prévues. Les ressortissants de pays tiers avec un permis de séjour en vigueur pourront par exemple entrer dans l’Union.

La circulation de marchandises se poursuit. 
"Il n’y a donc pas de crainte à avoir pour les approvisionnements en denrées alimentaires ou en matériels de soins" précise le ministre de l'intérieur.
Ces mesures concernant les frontières sont cohérentes avec notre volonté de limiter au maximum les déplacements de chacun.

Elles sont transitoires mais vont permettre de mettre un frein à la propagation du Covid19 affirme Christophe Castaner.