Coronavirus : le pic de l'épidémie risque d'entraîner une pénurie de respirateurs en Martinique

coronavirus
André Cabié
Le Pr André Cabié infectiologue au CHUM ©RS
128 patients sont hospitalisés au Chum (31 mars) dont 15 en réanimation. Une pénurie de médicaments de base pour la réanimation et de respirateurs inquiète le Pr André Cabié infectiologue au Chum. La chloroquine est prescrite exceptionnellement et dans les cas les plus graves.
On ne le dira jamais assez, le personnel médical fait front commun face à une crise sanitaire inédite. 

Mais si les 27 patients guéris donnent un souffle d'espoir, ils ne doivent surtout pas être perçus comme un signe de sortie de crise.

L'affluence attendue dans tous les hôpitaux dont celui de Martinique risque d'entraîner une pénurie de médicaments et de respirateurs pour les cas de covid-19 les plus graves.

Une véritable course contre la montre s'est enclenchée au sein de l'ARS (Agence régionale de santé) et du CHUM (Centre hospitalier universitaire de Martinique) pour endiguer la pénurie. 

Mais en Martinique comme partout dans le monde, les hôpitaux et les cliniques ont été pris de court. 
 

Tout le monde en a besoin en même temps. Un patient en réanimation reste au minimum une semaine sous respirateur. Encore une fois, aidez-nous en restant
confinés. C'est la meilleure solution pour éviter un afflux simultané de patients au CHUM. 

- Pr Cabié, infectiologue au Chum.


Le respirateur est indispensable pour soigner les patients infectés par le Covid-19 dans sa forme la plus grave. Utilisé en réanimation, il permet d’oxygéner et de rouvrir les poumons. En clair, d’assurer une respiration artificielle. 
Sans respirateur, les chances de survie d'un patient en réanimation sont extrêmement réduites. 

En Martinique comme dans l'hexagone, près de 10% des patients touchés par le coronavirus présentent une détresse respiratoire et sont placés en réanimation.
 

La chloroquine pour les patients les plus gravement atteints 


"Pour le moment, nous n'avons pas de preuve de l'efficacité du traitement du coronavirus par la chloroquine. Nous savons que ce traitement présente des effets indésirables sur les patients".

Comme de nombreux professionnels de santé, le Pr Cabié reste prudent sur le traitement préconisé par le Pr Raoult.

Molécule utilisée dans des essais cliniques à Marseille par le Pr Raoult, en combinaison avec un antibiotique, l'hydroxychloroquine fait l’objet d’un très vif débat scientifique.
 

Nous étudions cas par cas les patients dans une situation à très grand risque. La balance entre les possibles effets secondaires de ce traitement et le risque encouru par le patient dans une situation d'urgence sanitaire rend licite son utilisation mais dans le strict cadre du décret du 23 mars 2020. 


Pour le moment, trois décès de patients infectés par le coronavirus sont à déplorer en Martinique.