Coronavirus : les veillées mortuaires de nouveau suspendues en Martinique

coronavirus
Veillée mortuaire
Une veillée mortuaire en Martinique ©C. Cayol
Les traditionnelles veillées des proches disparus ne peuvent plus se tenir "jusqu’à nouvel ordre". C’est une décision du Syndicat Général des Professions Funéraires de la Martinique, "à cause du nombre croissant de cas positifs de COVID sur le territoire" explique-t-il.
Face à la recrudescence de nouveaux cas positifs de coronavirus dans l’île, le SGPFM (Syndicat Général des Professions Funéraires de la Martinique) a pris la décision de suspendre de nouveau les veillées mortuaires.

Comme lors du confinement, "les présentations de corps se feront dans le respect des gestes barrières et du port du masque, avec un nombre restreint de membres de la famille, personnel funéraire compris" précise le président du syndicat de la profession, Emmanuel Certain, dans un communiqué daté du 27 août 2020.
 

Le Syndicat Général des Professions Funéraires de la Martinique rappelle à l’ensemble de la population qu’il est essentiel que chacune et chacun redoublent de vigilance pour se protéger et préserver aussi nos proches (…) et attire l’attention de tous, sur la responsabilité qui nous incombe dans la lutte contre ce virus.

(Emmanuel Certain)


"Nous n’avons pas besoin d’une loi ou d’une amende pour protéger notre santé"


Claudine Cayol, gérante d’une entreprise de pompes funèbres à Fort-de-France, approuve cette décision.

Le président du syndicat, a pris une sage décision, une décision responsable que je partage totalement.(…) Nous devons penser à notre santé et à celle des autres, tout en respectant la douleur des familles, car la maladie est bien présente.

La Martinique est placée aujourd’hui en zone rouge. Nous sommes des adultes responsables et n’avons pas besoin d’une loi ou d’une amende pour protéger notre santé. Chacun doit donc y mettre du sien pour essayer d’éradiquer ce virus.

Pour ma part, je redoublerai de vigilance et continuerai à tout mettre en œuvre an sein de ma société, afin de permettre à chacune et à chacun de dire un dernier au revoir à son défunt, mais dans le respect des gestes barrières et du port du masque.

(Claudine Cayol)


Cette consigne admise par les professionnels, reste en vigueur "jusqu’à nouvel ordre".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live