Covid-19 : l’égalité devant le vaccin est loin d’être acquise sur la planète

coronavirus
vaccination
©Martinique1ere

Contrairement à leurs engagements souscrits au sein de l’Organisation mondiale de la santé, les pays les plus riches s’octroient la part belle dans la distribution des vaccins contre le coronavirus. Une situation qui ne doit pas nous surprendre.

Les pays riches accaparent-ils les vaccins contre le Covid-19 ? La réponse est positive et sans ambages pour les dirigeants de l’Organisation mondiale de la santé. Selon le quotidien français Le Figaro, la crainte exprimée par les pays les plus pauvres de manquer de vaccins suscite une levée de boucliers au sein de l’institution.

Le vaccin : "un bien public mondial"

 

Les pays occidentaux ne respectent pas le mécanisme "Covax". Cet accord signé par les 192 Etats membres de l’OMS vise à garantir une distribution équitable des vaccins sur la toute planète. Plusieurs organisations non gouvernementales appuient cet accord sur la base d’un principe simple : le vaccin contre le coronavirus est "un bien public mondial", comme le disait le président Emmanuel Macron lors d’une visite d’une usine de la firme française Sanofi en juin 2020.

Le directeur général de l’OMS, l’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, avance les dernières statistiques : sur les 42 pays ayant lancé les campagnes de vaccination, 36 sont des pays riches et 6 des pays à revenus intermédiaires.

Aucun pays pauvre ne figure dans la liste des premiers bénéficiaires. Parmi les anomalies, celle relevée au Canada qui dispose de doses pour vacciner sa population de 22 millions d’habitants pas moins de cinq fois.

La primeur aux plus riches

 

Un autre cas bizarre est celui d’Israël qui a battu le record mondial de personnes vaccinées. Plus de 20% de la population a déjà reçu la première dose du vaccin. En excluant, bien entendu, les Palestiniens vivant dans les territoires occupés.

Dans le même temps, les livraisons se font attendre dans la plupart des pays d’Afrique, d’Asie du sud, d’Amérique du sud, d’Amérique centrale et de la Caraïbe. En dépit de leurs demandes, les gouvernements de Dominique, de Sainte-Lucie, d’Haïti, de Barbade, de Trinidad, par exemple, n’ont rien reçu.

Cuba se distingue

 

Seuls les territoires non indépendants de Porto Rico, des Iles Vierges américaines et britanniques ainsi que les Antilles françaises sont en capacité d’inoculer le vaccin. Cuba est à part, avec ses deux vaccins Soberana 1 et Soberana 2, en cours d’expérimentation. Ils seront utilisés sur place, puis en Iran dans quelques semaines.

Le coup de gueule du patron de l’OMS a eu pour effet d’alerter sur l’urgence sanitaire dans les 92 pays aux revenus faibles ou intermédiaires, désormais prioritaires. Cité par Le Figaro, un porte-parole de l’agence explique : "L'offre de vaccins étant actuellement limitée, il n'est ni moralement correct ni intelligent de vacciner beaucoup de personnes dans quelques pays et aucune dans beaucoup d'autres".

Un constat montrant que la démocratie sanitaire mondiale a encore du mal à s’imposer face à l’égoïsme des plus riches.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live