De jeunes martiniquais se prononcent pour "la transparence des politiques publiques et la mise en œuvre d’un véritable projet politique pour refonder le pays"

social
Manifestation intersyndicale CHUM
Forte mobilisation autour de l'intersyndicale du CHUM... ©François Marlin
Le groupe de jeunes baptisé "La Fabrique décoloniale" contribue à la réflexion actuelle alimentée par la crise sociale que traverse la Martinique.

La Fabrique décoloniale est un groupe de jeunes chercheurs, historiens et artistes martiniquais. "Notre association a pour vocation de s’interroger sur l’origine, l’influence et le dépassement du fait colonial aux Antilles"; expliquent-ils.

Ces jeunes nous adressent une tribune intitulée " les temps marqués", à propos des événements qui ont secoué la Martinique à la fin du mois de novembre 2021. Mobilisation d'une intersyndicale contre l'obligation vaccinale, barrages et violences en marge de l'appel à la grève.

619f14733a69d_manif.jpg
Robert, Lamentin, Fort-de-France, partout les mêmes images de barrages enflammés et de magasins incendiés. ©Martinique la 1ère et Réseaux sociaux

"La crise sanitaire et la lutte contre l’obligation vaccinale auront donc donné aux syndicats l’occasion de relancer un ensemble de problématiques sociétales en suspens et non résolues depuis la crise de 2009", analyse La Fabrique décoloniale.

Au terme de nombreux constats, le groupe de jeunes suggère une orientation aux décideurs. "Nous réclamons la transparence des politiques publiques et la mise en œuvre d’un véritable projet politique pour refonder le pays. Nous devons remettre en cause le "pacte colonial". Nous devons repenser notre dépendance à la France
en inscrivant notre territorialité au sein de la Caraïbe".

⇒Lire l'intégralité de cette tribune 

Tribune de La Fabrique décoloniale