De plus en plus de structures d’accueil et d'entreprises touchées par des cas de Covid-19

coronavirus
coronavirus
Image d'illustration. ©Pixabay
Centres de loisirs, crèches, centre culturel ou encore des entreprises, tous se voient contraints de fermer ou de diminuer leur activité par rapport à des cas positifs de Covid-19. Une situation qui a des conséquences sur l’organisation du quotidien et l'économie de l'île.

Après plusieurs jours de fermeture, le centre de loisirs de l'ex-IUFM va de nouveau accueillir ses jeunes inscrits ce jeudi 22 juillet 2021. En effet, après l'annonce de trois cas positifs le 16 juillet dernier, la ville a déclenché le protocole sanitaire adéquat. La structure d'accueil est restée fermée du 19 au 21 juillet 2021. 

Mais deux autres structures, les crèches des religieuses "Ti Zwezos" et de Volga, ont elles aussi du fermer par rapport à la Covid-19.

À Fort-de-France, à Saint Joseph ou encore au Robert, les communiqués des villes se multiplient depuis quelques jours. Et avec eux, la fermeture de nombreux sites de loisirs pour enfants pour cause de Covid-19.

Des centres fermés, des enfants renvoyés à la maison, le plus souvent parce qu’un ou des cas positifs ont été déclarés au sein des équipes. 

La Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports veille de près à la situation sanitaire de ces centres fortement sollicitée.

Par ailleurs, de nombreuses d’entreprises ont également dû modifier leur activité parce que des cas positifs de Covid-19 se déclarent chaque jour. Le télétravail recommence à s’imposer selon l’activité, le travail à distance en période de crise sanitaire et des entreprises locales forcées de se réinventer.

Fort heureusement les établissements scolaires, fermés pour l’instant, n’ont pas été contraints d’imposer de nouvelles mesures.

Selon les derniers chiffres, la Martinique compte près de 9 clusters en cours d’investigation. Avec ou sans symptômes, chaque cas positif est forcé à l’isolement et révèle des cas contacts qui peuvent pour certains se révéler positifs. Les files d’attente continuent de grossir devant les centres de dépistage.