publicité

Décès de Micheline Myrtil à l'hôpital Lariboisière : sa soeur témoigne 

Le décès brutal de Micheline Myrtil la semaine dernière à l'hôpital Lariboisière à Paris après 12 heures d'attente, provoque colère et questionnement dans sa famille en Martinique. Sa soeur veut comprendre ce qui s’est passé. 

Michelin Myrtil est morte sur un brancard à l'hôpital Lariboisière à Paris. © Martinique la 1ère
© Martinique la 1ère Michelin Myrtil est morte sur un brancard à l'hôpital Lariboisière à Paris.
  • Franck Edmond-Mariette - Peggy Pinel-Féréol
  • Publié le , mis à jour le
Marie-Rose Rosiette ne comprend ce qui s’est passé. Elle ne savait pas sa soeur Micheline Myrtil malade. Pourtant mardi dernier (18 décembre 2018), elle reçoit l'appel d'un médecin de l'hôpital Lariboisière à Paris.

"Il m'a dit que ma soeur est entrée en urgence. Alors j'ai demandé si elle est malade. Il ne voulait pas répondre et puis il m'a dit qu'elle est décédée. C'est tout ce qu'il m'a dit, tout ce que j'ai pu entendre parce qu'après j'ai donné le téléphone à mon mari parce que j'étais trop affolée. (...)Je ne pouvais pas écouter le reste", raconte-t-elle avec l'émotion de circonstance.

La famille exige des explications


Voisins et amis manifestent leur soutien en rendant visite à la famille qui réside dans le bourg du Vauclin en Martinique. 

Dans l'attente des résultats de l'autopsie du corps qui a été réalisée au Quai de la Rapé à Paris, la famille a pris l'attache d'un avocat afin de déterminer les circonstances précises du décès de Micheline Myrtil.

(Re)voir le reportage avec des images de Marc Balssa.
Reportage témoignage famille Micheline Myrtil
Micheline Myrtil était employée au service sécurité de la mairie de Paris. Elle est morte dans des circonstances troublantes lundi 17 décembre 2018. 

Souffrant de maux de tête et fiévreuse, elle prévient d'abord ses collègues puis se rend à une clinique non loin de son domicile dans le 10e arrondissement de Paris dans le but de consulter son médecin traitant. Constatant sa température très élevée (40°), elle est aussitôt transférée par les pompiers de Paris à l'hôpital de Lariboisière. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, il semblerait qu'elle aurait été placée aux urgences sur un brancard dès son arrivée à 18h45. Elle aurait été appelée à deux reprises sans succès. 

"Elle aurait été appelée aux environs de 1h20 du matin (lundi soir) sans réponse. Donc elle a été considérée comme fugueuse dans un premier temps puis malheureusement son corps a été retrouvé dans la salle d'attente des urgences aux environs de 6h20 du matin", précise un membre du syndicat de l’hôpital.

Les vidéos de surveillance de l'hôpital récupérées par la police, prouvent qu'elle n'a jamais quitté l'hôpital. Une enquête interne a également été diligentée par l'établissement. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play