publicité

Des défaites électorales ne sont pas toujours synonymes d'échecs politiques

Il y a des défaites électorales qui sonnent parfois comme des chants du cygne, et il y en a qui quelquefois donnent des signes d’encouragement. Comme par exemple, pour les battus de la 1ère circonscription et de la 2e circonscription : Philippe Edmond-Mariette et Justin Pamphile.
    

Philippe Edmond-Mariette et Justin Pamphile © Martinique 1ère
© Martinique 1ère Philippe Edmond-Mariette et Justin Pamphile
  • Par Bertrand Caruge
  • Publié le
A y regarder de plus près, au-delà des 2135 voix d’écart entre la désormais députée Josette Manin et son concurrent Philippe Edmond-Mariette, ce dernier pourrait trouver un motif d’espoir, non pas tant pour les prochaines législatives, que pour le rendez-vous électoral qui les précédera en 2020, l’élection municipale.

S’il est exact que Josette Manin a devancé son adversaire dans les 5 communes de la circonscription, au Lamentin, certains peuvent considérer que pour l’échéance municipale de 2020, l’écart de 946 voix est porteur d’espoir, pour un candidat qui avait quelque peu disparu des radars politiciens ces derniers temps et qui est revenu pour ces législatives, que quelques semaines avant le scrutin.

Il faut avoir à l’esprit qu’il n’y a eu que 7.766 suffrages exprimés sur les un peu plus de 26.400 inscrits au Lamentin. Ce serait donc une espérance à mitiger un peu tout de même, s’agissant de ce score lamentinois pour Philippe Edmond-Mariette.

 

Justin Pamphile battu par la mobilisation samaritaine


Un tout petit peu moins de 3000 voix d’écart entre le gagnant, député sortant, et Justin Pamphile, qui connaissait là sa première campagne législative. Voilà qui peut laisser penser à certains que ce score peut ne pas être en effet décourageant pour le maire du Lorrain. Pas seulement pour la municipale qui pointe à l’horizon, d’autant que Justin Pamphile l’a largement emporté dans sa ville, mais pourquoi pas pour d’ores et déjà les prochaines législatives !

Car, si ce n’était son électorat favorable qui s’est mobilisé à Sainte-Marie pour ce second tour, et par exemple l’électorat de Schœlcher, qui s’est peu déplacé aux urnes, mais ce n’est pas le seul dans le Nord, ce serait très probablement un écart plus serré qui aurait départagé Nestor Azérot et Justin Pamphile. Ce dernier pourrait se dire qu’avec une certaine persistance, et davantage de soutien encore ici ou là, il n’est peut-être pas impossible de contrecarrer le vote émanant de la forteresse samaritaine. Tout en ayant à l’esprit que d’ici à 5 ans, beaucoup d’eau va encore couler sous les ponts de cette 2e circonscription…

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play