martinique
info locale

Le député Manscour défend le rhum martiniquais

économie
Louis-Joseph Manscour, eurodéputé
Louis-Joseph Manscour, eurodéputé ©DR
L’eurodéputé Louis-Joseph Manscour s’est entretenu hier (mardi 22 novembre), avec son camarade socialiste, le Commissaire européen Pierre Moscovici, notamment chargé de la fiscalité. La défense du rhum dont celui de Martinique, a alimenté leurs échanges.
Au cœur de cet échange, le dossier de la fiscalité du rhum traditionnel des Départements d’Outre-mer, qui préoccupe actuellement l’ensemble de la filière. "La France est autorisée à appliquer sur le territoire national une fiscalité réduite sur un contingent annuel de 120.000 HAP ( (hectolitres d’alcool pur) afin que nos productions de haute qualité soient compétitives face aux multinationales du secteur qui produisent à bas coûts", explique le député Martiniquais.

Le régime de fiscalité réduite, a été instauré dans un souci de préservation de la filière "canne – sucre - rhum" des régions d'Outre-Mer et pour compenser les contraintes spécifiques à ces territoires qui rendent leur rhum moins compétitif sur le marché français face aux pays ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique), et aux pays tiers : surcoût de la canne, des intrants et de la main d’œuvre, contraintes réglementaires plus strictes (fabrication, environnement) …détaillent les services de l'État.
Rhum distinction
les produits du territoire Martiniquais ©Jean-Claude Samyde
Le marché du rhum étant extrêmement dynamique, l’eurodéputé socialiste a attiré l’attention du Commissaire Moscovivi sur le caractère urgent d’aligner le contingent sur la progression annuelle des ventes, sous peine de voir les producteurs de ces régions d'Outre -Mer dont la Martinique en difficulté face à la grande distribution. "En effet, si tel n’était pas le cas, le risque existe de voir les rhums des pays tiers "truster" les rayons des supermarchés", prévient le député.

Louis-Joseph Manscour rassuré

"À l’issue de cette rencontre, je peux témoigner de la mobilisation totale du Commissaire Moscovici sur ce dossier. Il m’a ainsi assuré que la Commission accèderait, au plus tard courant 2017, à la demande des autorités françaises d’augmenter de 20% le contingent annuel de rhum bénéficiant d’une fiscalité réduite", commente l’eurodéputé socialiste martiniquais. 
 
"Nos rhums sont des produits d’excellence, qui permettent au savoir-faire de nos territoires d’être mondialement reconnus. Je me réjouis enfin de cette prochaine décision, car c’est l’assurance que cette filière va continuer à contribuer pleinement au développement socio-économique de nos régions », conclut Louis-Joseph Manscour.