Désensablement du port : les marins-pêcheurs du Vauclin bloquent la DEAL

social
marins-pêcheurs deal
Les marins-pêcheurs bloquent les accès de la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Martinique) à Schoelcher. ©Fabienne Léonce
Les marins-pêcheurs du Vauclin n'en peuvent plus de ne plus pouvoir travailler à cause de l'ensablement du port de la commune. Face à cette situation qui perdure depuis plusieurs mois, ils ont décidé de changer de stratégie et de bloquer les accès à la DEAL à Schoelcher ce lundi 7 janvier 2019.
Après des mois d'attente et plusieurs cris d'alerte auprès des autorités, les marins-pêcheurs du Vauclin ont décidé de bloquer les accès à la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement de la Martinique) à Schoelcher.
blocage deal
©Marc-François Calmo
Ainsi, dès 6 heures ce lundi matin (7 janvier 2019), une trentaine de professionnels étaient déterminés à se faire entendre.
Depuis plusieurs mois, ils ne peuvent plus travailler à cause de l'ensablement du port de pêche qui entraîne également une détérioration de leurs matériels. 

Dans cette opération, ils sont soutenus par les membres de l'association écologique Assaupamar qu'ils avaient sollicités en décembre 2018.

"Nous sommes avec eux à la DEAL pour avoir une réponse définitive parce qu'ils nous ont expliqué qu'ils sont ballottés entre la CTM et la DEAL et ne peuvent pas avoir une réponse définitive sur le début des travaux pour désensabler le port. Les pêcheurs ne peuvent pas continuer comme ça, à chaque fois qu'ils mettent leur moteur à l'eau, ils ont un risque de le perdre. Il faut que l'on ait des réponses claires et nettes", explique Henri Louis-Régis, président de l'Assaupamar. 

Les marins-pêcheurs du Vauclin n'en peuvent plus d'attendre et accusent cette administration de ne pas donner l'autorisation nécessaire pour faire avancer ce dossier.
blocage deal
©Marc-François Calmo
Finalement à l'issu d'une réunion de deux heures, des accords ont été engagés de la part des deux parties. 

(Re)voir le reportage de Fabienne Léonce et Marc-François Calmo.