Le droit de retrait de certains chauffeurs aggrave le calvaire des usagers des villes du centre

transports
Bus
Les bus à l'arrêt sur le réseau de la CFTU. ©Martinique la 1ère
Les habitants de Schoelcher en particulier, sont limités dans leur déplacement. Cela fait plus d’un mois que quatre lignes de bus ne fonctionnent plus à cause d’un droit de retrait des chauffeurs.
Cela fait plus d’un mois que quatre lignes de bus ne fonctionnent plus vers Schoelcher, à cause d’un droit de retrait des chauffeurs. Il s'agit de salariés du co-traitant Sotravom. Les chauffeurs parlent de danger grave et imminent à cause de l’état des bus. Un droit de retrait injustifié pour l’employeur. "Depuis le 14 décembre 2018, le droit de retrait a été levé par la direction du travail (...) Jusqu'à ce jour ces Messieurs n’ont pas repris", constate Antoine Rulle, le directeur de la Sotravom.

Notre reportage nous permet de comprendre le calvaire d’Yvelyne à Schoelcher. "Depuis plus de trois semaines on nous fait des misères", se plaint-elle.

(Re)voir le reportage de Stéphane Petit-Frère et Marc François Calmo.