L’économie, l’eau et la propreté : les 3 priorités des communes du centre de Martinique

communautés d'agglomération
Luc-Louison Clémenté, président de la CACEM
Luc-Louison Clémenté, nouveau président de la CACEM et maire de Schoelcher. ©Henri Salomon
Le nouveau président de la Communauté d’Agglomération du Centre de Martinique, Luc Clémenté (élu le 11 juillet 2020), a livré sa feuille de route pour les 6 prochaines années : booster l’économie, régler le problème de l’eau potable et nettoyer le territoire.
Après Fort-de-France, Lamentin et Saint-Joseph, c’est au tour du maire de Schoelcher, Luc-Louison Clémenté, de conduire la destinée de la CACEM.

(Re)voir l'entretien avec Bertrand Caruge dans notre journal radio filmé du mardi 14 juillet 2020.
Élu sans surprise à la tête de cette communauté d’agglo le samedi 11 juillet 2020, il a déjà esquissé sa feuille de route, tout en étant conscient qu’il va falloir composer avec les contraintes budgétaires des 4 villes que regroupe l'EPCI (l'Établissement Public de Coopération Intercommunale).
 

Notre actualité laisse entrevoir des mesures fortes que nous devrons prendre, sur fond de difficultés financières pour nos communes et l’intercommunalité.

Luc-Louison Clémenté


Coup de pouce aux entrepreneurs


Booster "au maximum" l’économie du centre de la Martinique, est la première priorité de Luc Clémenté, qui envisage par exemple "la prise en charge du loyer de certaines petites entreprises ou encore, la lutte contre la dévitalisation des centres bourgs".
 

Nous devrons renforcer le plan de relance et d’accompagnement aux entreprises que nous avons mis en place dès le début de la crise sanitaire. Cette ambition devra se concrétiser lors du vote de notre prochain budget.

Pour cela nous devrons être plus cohérents dans l’aménagement de notre territoire, en nous tournant vers la mer afin de développer notre économie, tout en veillant à respecter nos espaces naturels sensibles.

Le maire de Schoelcher


"La Martinique ce n’est pas un parc à cochons" 


Autre priorité de l’exécutif du nouveau conseil communautaire : la protection de l’environnement et la propreté du territoire.
Sur Martinique 1ère radio, au lendemain de son élection, Luc-Louison Clémenté s’est montré intraitable et très sévère à l’endroit de celles et ceux qui salissent, entre décharges sauvages, épaves de véhicules et autres actes volontaires de nature à "nuire au développement touristique".
Décharge et VHU
Une des décharges à ciel ouvert sur le territoire du centre ©CACEM

La pédagogie est essentielle dans ce domaine. Il faudra commencer par les plus petits, pour qu’ils puissent enseigner aux plus grands comment faire.

Et je le dis avec foi : on a une minorité de malpropres qu’il faut stigmatiser et verbaliser, pour faire comprendre que la Martinique ce n’est pas un parc à cochons (…).

On ne peut avoir des ambitions pour le développement touristique, sans un territoire propre, cela n’a pas de sens !
Il faut absolument que le territoire de la CACEM soit exemplaire, du point de vue de la propreté.

Luc-Louison Clémenté


De l’eau "du 1er janvier au 31 décembre"


Quant au problème de distribution d’eau, le nouveau président des communes du centre a l’intention de proposer à ses homologues de l’Espace Sud et de Cap Nord, une rencontre commune "pour que nous puissions ensemble trouver des solutions et régler ce problème d’eau potable. Le préfet est prêt à nous aider, donc il faut passer aux actes" martèle Luc Clémenté, "parallèlement à la transition énergétique" ajoute-t-il.
Cacem / conseil communautaire 2020
Le conseil communautaire de la CACEM (juillet 2020) ©Henri Salomon
Les Outre-mer en continu
Accéder au live