L'écrivain et sociologue André Lucrèce relève des erreurs de langage pendant cette crise sanitaire

coronavirus
André Lucrèce
L'écrivain et sociologue martiniquais André Lucrèce. ©Martinique la 1ère
André Lucrèce s'arrête sur des éléments de langage entendus pendant la crise sanitaire du coronavirus. "Nous sommes en guerre", "ce que veut le virus c’est contaminer", "distanciation sociale », ne sont pas des expressions convenables aux yeux de l'écrivain et sociologue martiniquais.
Dans un texte intitulé, "Épidémie, langage et réalité", André Lucrèce observe que certains éléments de langage entendus pendant cette crise du coronavirus ne sont pas convenables.

"Camus dans une réminiscence fertile affirmait que Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde", justifie l'écrivain et sociologue martiniquais.

Le Nous sommes en guerre » ne me semble pas correspondre à la réalité. (..) Car il faudrait alors désigner l’ennemi. Qui est-il ? Ceux qui sont en première ligne dans des situations de pandémie sont des soignants et le soin est, au contraire de la guerre, un humanisme.


André Lucrèce se dit stupéfait d’entendre un virologue s’exprimer en disant "ce que veut le virus c’est
contaminer". L’expression "distanciation sociale", ne lui convient pas non plus. Elle appelle à l’exclusion, explique-t-il.

Voici l'intégralité du texte :

Epidémie, langage et réalité