martinique
info locale

Les effectifs de police seront renforcés en Martinique dès mars 2020

sécurité
Police Nationale
4 officiers de police judiciaire et 4 personnels déjà habilités au sein de la BAC (Brigade Anti-Criminalité), sont attendus dès mars prochain en Martinique, pour lutter contre la délinquance et l’utilisation croissante des armes sur le territoire précise le ministère de l’intérieur.
Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur) et Annick Girardin (ministre des outre-mer), ont décidé d’envoyer des moyens supplémentaires dans les rangs de la police nationale en Martinique. Dès le mois de mars 2020, 4 officiers de police judiciaire et 4 personnels déjà habilités au sein de la BAC "viendront développer les capacités spécifiques de la police nationale permettant de faire face à cette utilisation croissante des armes sur ce territoire".
Ces effectifs supplémentaires viennent s'ajouter au renfort de 49 effectifs de police et de 10 militaires de la gendarmerie nationale réalisé depuis 2016.
 

Une demande récurrente des syndicats


Ces moyens supplémentaires annoncés par les ministres, sont revendiqués de longue date par les organisations syndicales des gardiens de la paix de Martinique, lesquelles attendent désormais :
- la livraison du nouvel hôtel de police à Fort-de-France prévue dans les procahins mois, pour un coût total estimé à 35,5 millions d’euros. 
- la relance du "plan armes", qui a permis d’augmenter de 20% le nombre d’armes saisies en 2019, et "qui restera une priorité pour les services de l'Etat en 2020" (selon le ministère de l’intérieur).
- la sanctuarisation de la présence d’un escadron de gendarmerie mobile en Martinique (autre promesse de Christophe Cartaner).

La sécurité Outre-mer est une priorité de mon action, avec Laurent Nuñez. Nous ne laisserons pas la violence s’installer. Nous ne baisserons pas les bras. (…) (Christophe Castaner).

Annick Girardin, ministre des Outre-mer, déclare pour sa part :

Ces renforts supplémentaires viendront appuyer les 686 policiers et 688 gendarmes sur place qui agissent déjà en faveur de la protection des habitants de Martinique. Il n'y a pas de fatalité à l'insécurité dans ce territoire, ni dans aucun autre. (…)

Mesures insuffisantes pour le syndicat majoritaire de la profession (Alliance Police), selon son secrétaire départemental, Thierry Baucelin.
Annick Girardin et Christophe Castaner en appellent à "un travail toujours plus étroit avec les polices municipales afin d’entretenir un véritable continuum de sécurité". Les deux ministères envisagent également une transmission de savoir-faire de la gendarmerie nationale à la brigade cynophile de la police municipale de Fort-de-France.

Depuis le début de l’année 2020, 3 meurtres sont déjà enregistrés en Martinique. En 2019, 25 homicides ont été commis sur le territoire, dont 19 avec une arme à feu.