Élections territoriales de Martinique des 20 et 27 juin 2021 : l’organisation officielle est connue

collectivité territoriale de martinique
Collectivité Territoriale de Martinique
L'hémicycle de l'hôtel de la Collectivité Territoriale de Martinique lors d'une plénière de l'assemblée, en mai 2019. ©Tweeter CTM

Le décret relatif aux scrutins départementaux, régionaux et territoriaux prévus les 20 et 27 juin prochain, est paru au Journal Officiel ce jeudi 22 avril 2021. Le texte informe sur les différentes étapes de l’organisation des opérations électorales.

D’abord, comme pour les élections départementales et régionales, les prétendants au scrutin territorial de Martinique devront déposer leur candidature au plus tard le lundi 17 mai 2021 à midi. En cas de second tour, les listes seront reçues du lundi 21 au mardi 22 juin 2021 jusqu’à 18 heures.

Ensuite, la campagne électorale s’ouvrira le lundi 31 mai à zéro heure et prendra fin le samedi 19 juin 2021 à minuit. Si second tour il y a, cette campagne s’étalera du 21 juin à midi au samedi 26 juin 2021 à zéro heure.

Concilier participation et sécurité sanitaire

 

En outre, le gouvernement compte déployer dit-il un "arsenal juridique, afin notamment de renforcer la sécurité sanitaire et favoriser la participation électorale" par rapport à la circulation du Covid-19 et ses variants.

On en saura plus dans le projet de loi sur la gestion de la sortie de crise sanitaire, lequel doit être présenté dans les jours qui viennent en conseil des ministres. Des mesures "pour faciliter les campagnes électorales" sont également à l’étude. Les préfets devraient publier via internet, les documents de propagande électorale des différents candidats.

Enfin, l'exécutif a également annoncé la parution prochainement d'une circulaire, laquelle doit notamment préciser les règles concernant la distribution des tracts dans les boîtes aux lettres, le collage des affiches et le porte-à-porte.

L’évolution du virus : la grande inconnue

 

Actuellement, l'Etat croise les doigts afin que le virus perde de sa vigueur et qu’une décrue des contaminations s’amorce rapidement, même si le doute occupe les esprits singulièrement face à la virulence des différents variants du coronavirus.

Mais le Premier ministre s’est voulu optimiste lors de son discours à l’assemblée nationale le 13 avril dernier devant les députés, sur l’organisation de ces futurs scrutins, avec l’abstention en ligne de mire.

Rendre possible la tenue de ces élections, en assurer le bon déroulement, garantir la sécurité sanitaire de toutes celles et tous ceux qui y participeront, favoriser la participation la plus large possible de nos concitoyens, tout cela relève d’une même exigence démocratique.

 

L’abstention, traditionnellement plus élevée s’agissant des scrutins de cette nature, a des causes multiples, mais il est de notre devoir de tout faire pour la réduire, malgré les circonstances particulières du moment.

(Jean Castex)