Les élus de Martinique souhaitent des tests "systématiques" pour tous les voyageurs à destination de l’île

collectivité territoriale de martinique
Elus de la CTM
Les élus de la CTM en visioconférence (mardi 5 mai 2020). ©CTM
Les élus veulent "la mise en place systématique de tests biologiques de dépistage",  3 jours avant tout voyage en avion et en vaisseaux maritimes vers l’île, puis 7 jours après l’arrivée sur place, afin d'éviter "toute introduction de surinfection virale à travers nos frontières".
Les élus de l’assemblée de Martinique ont rédigé cette motion, en perspective de la réouverture des frontières du territoire, dans le cadre du retour progressif à l’activité normale.

L’assemblée prend note des chiffres officiels présentés par l’Agence Régionale de Santé qui souligne que la majorité des cas nouveaux d’infection virale au SARS-CoV-2 en Martinique depuis le dé-confinement sont des cas d’importation. 

"Infection potentielle des passagers"

Ainsi, au vu des données actuelles, il ne semble pas, pour l’instant, qu’une protection satisfaisante soit obtenue s’agissant d’une infection potentielle des passagers sur les avions à destination de l’aéroport Martinique Aimé Césaire, alors que des cas d’infection sont maintenant régulièrement diagnostiqués aux frontières et que des flux entrants considérables sont à prévoir pour la période juillet-août à venir. 


Nous sommes en effet aux portes de la saison estivale, une période attendue par les professionnels du tourisme qui tablent sur la venue massive de visiteurs, pour tenter de rattraper le manque à gagner provoqué par le confinement.

Les élus sont favorables, eux aussi, à une reprise économique la plus rapide que possible, et du rôle capital joué, dans ce cadre, par nos échanges extérieurs pour nos entreprises et le secteur du Tourisme, mais avec des conditions hautement sécurisées.


Concilier économie et sécurité sanitaire 


Les élus martiniquais observent également la situation préoccupante de la Chine, où le virus recommence à circuler, mais aussi en Guyane où chaque jour apporte son lot de cas positifs supplémentaires. 

"Le principe constitutionnel de précaution"
 est mis en avant par l’assemblée, pour éviter "toute introduction de surinfection virale à travers nos frontières".

L’Assemblée territoriale affirme qu’un plan de sortie de confinement alliant développement économique et sécurité sanitaire est possible et indispensable, et observe avec intérêt les propositions en ce sens en cours de mise en œuvre dans d’autres collectivités insulaires.

L’insularité est indiscutablement la première protection des populations, mais elle peut aussi être leur talon d’Achille. 


L’assemblée s’est donc prononcée pour la mise en place systématique de "tests biologiques de dépistage, 72 heures au plus, préalable à tout embarquement" dans les avions et les vaisseaux maritimes à destination de la Martinique, puis 7 jours après l’arrivée.
 

Protocole sanitaire assoupli depuis le 9 juin


Depuis le mardi 9 juin 2020, les conditions d’entrées en Martinique ont été allégées par le gouvernement (comme en Guadeloupe, à Saint-Martin, à Saint-Barthélémy et à la Réunion), grâce à un "dispositif expérimental" prévoyant un test covid, 3 jours avant le vol et une procédure accélérée à l’arrivée au moins jusqu'au 22 juin.

En cas de test RT-PCR positif, il faudra s’isoler pendant 14 jours et il sera impossible de prendre un vol à destination de ces territoires. Ce protocole pourrait encore évoluer à la fin de l'état d'urgence prévue le 10 juillet 2020, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live