Elysée 2022 : les candidats sauront-ils convaincre les électeurs de Martinique ?

politique
2lections 2022
©JCS
La campagne présidentielle est entrée dans une nouvelle dynamique, trois mois avant le premier tour, le 10 avril 2022. Vu de Martinique, que pouvons-nous attendre des prétendants à l’Elysée ?

Admettons que les 300 000 électrices et électeurs de Martinique (sur les 40 millions du corps électoral français) votent pour un candidat dont le programme et le projet leur conviennent, et non pour sa seule personnalité. Admettons que nous choisirons parmi les prétendants à l’Elysée celle ou celui qui sera le mieux à même de satisfaire nos attentes.

Qui serait, aujourd’hui, en mesure d’articuler une réflexion et d’énoncer un discours tenant compte des enjeux de cette élection présidentielle, vus de Martinique ? Dans la confusion des idées et le bruit médiatique, nous avons parfois du mal à saisir l’épine dorsale des arguments des candidats.

Hormis la stratégie de lutte contre la pandémie sur lesquels s’accordent les candidats les plus susceptibles de gouverner d’ici trois mois, de nombreuses problématiques doivent être prises en compte par eux. Et en premier lieu, la lutte contre la pauvreté. Le tiers de la population est concerné selon l’INSEE avec un revenu mensuel inférieur au seuil symbolique de 1 041 euros.

La vie chère, préoccupation essentielle

 

A comparer avec le SMIC, légèrement supérieur à 1200 euros. Le phénomène touche avant tout les jeunes de moins de 30 ans et les familles monoparentales. Qui dit pauvreté dit vie chère. L’institut de la statistique estime que l’écart moyen des prix à la consommation est de 38% entre Martinique et France. Ce chiffre ne prend pas en compte les différences des modes de consommation de part et d’autre de l’Atlantique, mais il reste une référence.

Or, les salaires étant plus bas dans le secteur privé, là où la population active est majoritaire, la vie quotidienne est nécessairement hors de prix pour beaucoup. Que diront les candidats sur ce plan ? Attendons pour voir. Aucun président n’a jamais pu agir pour que les prix à la consommation baissent durablement, par la diminution des tarifs du fret maritime et aérien, qui pèsent sur le prix final des produits importés. Aucun n’a su imposer la fin des monopoles, facteur de renchérissement du coût de la vie.

Un autre sujet majeur de préoccupation est la santé. Nos hôpitaux ont été violemment percutés par la crise sanitaire qui a  révélé leurs carences en ressources humaines et financières. Que nous sera-t-il promis à ce sujet ? De vagues perspectives d’embauches et d’amélioration de leurs capacités, ou des actes concrets ?

Vers des promesses fumeuses ?

 

Et pour l’éducation ? Jusqu’à quand la fracture numérique empêchera-t-elle nos scolaires et nos étudiants de travailler sereinement ? Et comment sera résorbé le retard pris par nos collégiens et lycéens durant la pandémie ? Et ne parlons pas de que nous interpelle ou nous trouble. Par exemple, le dialogue de sourds avec l’institution judiciaire face à la révolte de la population contre le scandale du chlordécone. Les juges n’entendent-ils donc pas notre soif de justice ?

Et ne parlons pas de notre nécessaire désenclavement. La dynamique de notre société est cadenassée dans une relation quasi-exclusive avec la France. Au point que certains d'entre nous continuent de la désigner par le terme archaïque de « métropole », signe de la nostalgie de l'époque coloniale. A moins qu’il ne s’agisse de l’acceptation de notre dépendance totale.

La campagne n’a pas encore pris son allure définitive. Il est encore temps d’écouter ce qu’aura à nous dire le prochain locataire de l’Elysée. Et à trier entre les habituelles vaines promesses et erreurs d’analyse et les engagements sérieux.