En Haïti, le président Jovenel Moïse consolide son pouvoir

océan atlantique
Jonevel Moïse
Le président d’Haïti, Jovenel Moïse avec à côté de lui, le lieutenant-général Jodel Lesage, commandant en chef des Forces Armées d’Haïti. ©Moise&Lesage twitter

Après avoir déjoué une tentative de prise de pouvoir par l’opposition, Jovenel Moïse, le président d’Haïti prend des mesures pour consolider son régime. L'opposition proteste.

Le soir du lundi 8 janvier 2021, un nouveau décret présidentiel a été publié dans le "Moniteur", le journal officiel de l’État d’Haïti.

La population apprend que 3 juges de la Cour de Cassation ont été mis à la retraite. Les 3 juges en question Me Ivickel Dabrésil, Me Joseph Mécène Jean Louis et Wendelle Coq Thélot, ont été pressentis par l’opposition pour diriger un gouvernement de transition. L’opposition haïtienne maintient que le mandat du président a pris fin le 7 février 2021.

Selon les médias internationaux et locaux qui citent l’article 177 de la Constitution d’Haïti, le Président de la République a outrepassé son autorité. Les juges de la Cour de Cassation sont inamovibles.

Sur son compte Twitter, l’ancien sénateur Youri Latortue auparavant partisan de Jovenel Moïse, a publié l’article 177 afin de souligner la limite du pouvoir présidentiel.

Tweet youri la torture

Les associations des magistrats en Haïti, exigent la libération du juge, Me Ivickel Dabrésil, accusé de vouloir renverser le président Moïse. Dans cette affaire, les associations vont saisir la Cour Interaméricaine des Droits Humains (CIDH).

L’ancien maire de Port-au-Prince recherché par la police

 

La Police Nationale d’Haïti a émis un avis de recherche à l’encontre de l’ancien maire de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry. Selon les accusations portées contre lui, cet opposant au président Jovenel Moïse serait "un malfaiteur notoire" qui finance les activités du groupe Fantom 509 composés de policiers actifs, en instance de révocation ou révoqués qui sont tous en rébellion.

Selon André Michel de l’opposition haïtienne, cet avis de recherche n’est qu’un simple acte d’intimidation.

Malgré le climat d’insécurité en Haïti, le président Jovenel Moïse continue à consolider son pouvoir.

Dans une note de presse, le lieutenant-général Jodel Lesage, commandant en chef des Forces Armées d’Haïti a affiché son soutien au président.

"Dans cette conjoncture troublée, les Forces Armées d’Haïti réaffirment leur détermination à respecter la Constitution et les autorités légitimes démocratiquement élues par la population", soulignent les Forces Armées d’Haïti.

Selon l’opposition, les 435 soldats des Forces Armées seraient une milice politique qui ont pour mission la persécution des opposants au président.

Le lundi 8 févroer 2021, deux journalistes-bloggeurs ont affirmé qu’ils ont été blessés par balles tirées par les Forces Armées qui dispersaient les manifestations à Port-au-Prince.

Les participants exigeaient le départ du président Jovenel Moïse.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live