Encore une brume de sable à l'horizon prévue demain sur la Martinique

pollution
Brume de sable : un cocktail toxique venu d'Afrique
©Martinique la 1ère

Madininair prévoit un indice Atmo moyen sur toutes les communes de la Martinique aujourd'hui (mardi 2 mars 2021).  Demain, une brume de sable d'origine Saharienne devrait polluer notre île et la qualité de l'air devrait se dégrader au cours de la journée.

Madininair prévoit un indice Atmo moyen sur toutes les communes de la Martinique aujourd'hui (mardi 2 mars 2021) et précise que le polluant responsable de cet indice est l'ozone.

Demain (mercredi 3 mars 2021) une brume de sable d'origine Saharienne devrait polluer notre environnement.

La qualité de l'air devrait se dégrader au cours de la journée. Madininair prévoit un indice Atmo dégrédé sur toutes les communes de la Martinique.

Les polluants responsables de cet indice sont les particules fines inférieures à 10 micromètres et inférieures à 2,5 micromètres.

 

Conséquences sur la santé 

 

Les brumes de sables sont composées de particules fines qui, selon leur taille, pénètrent plus ou moins profondément dans l'appareil respiratoire et peuvent être néfaste pour la santé.

Les symptômes liés à ce phénomène peuvent concerner l'appareil respiratoire mais également l'appareil cardiovasculaire.

Une étude consacrée à l'analyse scientifique de poussières prélevées à Barbade entre 2013 et 2016 permet de cibler pas moins de 50 éléments parmi lesquels ont été retrouvés les mêmes minéraux et métaux que dans les années 70. La présence d'arsenic et de matières fécales a également été révélée mais à des niveaux très peu élevés.

Toute la question est maintenant de savoir les effets de cette pollution sur la santé. 

 

L'indice Atmo

 

Créé en 1994, l’indice ATMO actuel est un indicateur journalier de la qualité de l'air calculé sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants, à partir des concentrations dans l'air de quatre polluants réglementaires : dioxyde de soufre (SO2), dioxyde d'azote (NO2), ozone (O3) et particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM10). 

- - il intègre un nouveau polluant réglementé : les particules fines PM2,5, aux effets sanitaires avérés. Ses seuils sont alignés sur ceux choisis par l’Agence européenne pour l’environnement.

- il permet de fournir une prévision calculée à l’échelle de chaque établissement public de coopération intercommunale (EPCI), sur l’ensemble du territoire national, y compris outre-mer. Il apporte ainsi une indication plus fine sur l’exposition de la population à la pollution de l’air, avec une information à différentes échelles territoriales, de l’EPCI à la géolocalisation.

- l’échelle évolue aussi : le niveau Très bon disparaît, et le niveau Extrêmement mauvais fait son apparition. Le nouvel indice qualifie donc l’état de l’air selon 6 classes : Bon / Moyen / Dégradé / Mauvais / Très mauvais / Extrêmement mauvais.

- le code couleur s’étend du bleu (bon) au magenta (extrêmement mauvais).